Start It

godspeed

“Godspeed”, le génie saisissant de Griefjoy

-godspeed--le-genie-saisissant-de-griefjoy-1461325903.jpg

 

Après leur premier album éponyme, Griefjoy sort aujourd’hui ‘Godspeed’. Les 4 niçois se font une place dans le paysage de l’électro-rock français depuis leur adolescence, mixant guitare et synthé et c’est désormais avec une confidence et une fraîcheur toute particulière qu’ils reviennent en force.

 

Godspeed‘ exploite toute la paradoxalité de ce groupe: mêlant danse et mélancolie ou, comme l’expliquent les Inrocks, machines et sentiments humains. Ils s’amusent à associer 2 émotions, 2 atmosphères totalement opposées, joie et douleur, chaud et froid. Cependant, a contrario de leur premier album, ‘Godspeed’ apparaît comme un tournant électro très marqué. Clavier rodes et basse puissante sur ‘Hollyground’, les niçois nous rappellent la French Touch des années 90, mixant Air et Phoenix. Parce que Griefjoy n’en oublie pas pour autant la pop-rock qui les a réuni, c’est sur ‘The Tide’, morceau le plus pop de l’album, qu’on s’imagine danser tout l’été dans les festivals.

 

Griefjoy semble exploiter des sonorités plus sombres et froides. La guitare en ligne structurel et l’évolution détonante de ‘Scream Structure’ nous prend à revers et nous emporte. Il en est de même pour ‘Into The Dream’, un cauchemar froid et résonnant pourtant beau et envoûtant.

 

Ils avaient déjà sorti quelques singles telle que la balade nocturne ‘Why Wait’ mais ‘Godspeed’ est un album plein de surprises. Le titre éponyme est l’apogée du tournant électro de l’album. La chanson semble se composer de deux parties distinctes: une ambiance stroboscopique de club très marquée pour s’en suivre d’une envoûtante envolée au clavier. Leur force est d’avoir pu mélanger des influences de l’électro berlinoise tels que Nils Frahm et Moderat avec une pointe de French Touch bien prononcée.

 

C’est sur ‘Murmuration’ et ‘You, My Love’ que Griefjoy nous assomme d’une voix planante et captivante. On s’approprie l’album, on veut que ça dure toujours. Ils l’ont compris et l’album se clôture sur ‘Fool’. Morceau vibrant et impressionnant, les rythmes se réverbèrent et emportent tout sur leur passage. La sonorité orgasmique du morceau résonne et vibre en nous retournant les tripes.

 

C’est un fait, Griefjoy est le futur de l’électro-rock français et ils le confirment avec cet album sans imperfection, un album puissant et avec du caractère, d’une intensité étonnante. ‘Godspeed’ est sorti aujourd’hui et on attend qu’une chose: leur passage à Bordeaux pour le Convergences Festival en mai prochain.

Écrit par Coline Poidevin

partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email
Vous aimerez aussi
Retour sur nos albums préférés de l’année 2021
Le retour du V
La 25ᵉ édition du festival Art Sonic célébrera la Normandie