Start It

chimera

Chimera: hybride combinaison de plaisir par Tample

Suite à leur release party à l’Iboat, Tample sont de retour avec un nouvel album, Chimera. Ensorcelant et aérien, c’est du grand Tample que nous retrouvons.

On vous le disait, le quatuor de Tample est notre petit chouchou sur cette scène musicale bordelaise depuis bientôt deux ans maintenant. Ils sont désormais de retour pour notre plus grand plaisir avec leur nouvel EP, Chimera.

A travers cet EP qui se dévoile autour de quatres chansons, on retrouve la mélancolie si caractéristique de l’univers de Tample. Mélancolie portée par la douce voix du leader, qui donne au groupe un petit air de Foals – on ne le répétra jamais assez. Non sans plaisir, on retrouve ainsi dans Chimera les sonorités aériennes, cette exploration imaginaire qui teintes les mélodies de Tample. Les envolées rêveuses des choeurs de ‘Chimera’, chanson d’ouverture, résonnent comme un souvenir et fait vibrer quelque chose en nous: c’est chaud, c’est sentimental.

L’album se divise en deux parties. La première, joue sur la connotation mythologique ou religieuse de ses morceaux, composée de ‘Chimera’ et d’ ‘Eden’. Cette partie se fait alors plus littéraire et réveuse, portée par la douceur du clavier et des choeurs.

La deuxième partie se fait plus humaine, plus psychologique. Avec ‘Run Away’, Tample se joue de nous en mêlant la voix aérienne de Samuel Rosas à une mélodie plus éléctronique, plus sombre et énergique.

Mais c’est avec ‘Breathe’ que résonne tout le génie de Tample. Ils y dépeignent toute une palette de couleurs, de sentiments, au ralenti. Le temps s’étire et se retire. C’est une combinaison hybride de plaisirs, alliant mélancolie et joie, fureur et calme. ‘Breathe’ ne se dévoile qu’à la fin, lorsque guitare, clavier et voix ne font plus qu’un. Et c’est une explosion, une catharsis.

Chimera est un album qui fait du bien. Plus aérien, plus doux que ses prédecesseurs, portées par des chœurs ensorcelants, il marque un certain tournant éléctro chez le quatuor bordelais. Cet album est une fête, Tample sont de retour et on ne souhaite qu’une chose: le fêter avec eux.

Ecrit par Coline Poidevin. 

partager

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest
Share on print
Share on email
Vous aimerez aussi
Les artistes chantent l’égalité face au COVID-19
Le reggaeton à la conquête del mundo
Akon City, la ville à 6 milliards de dollars sera prête en 2030.