Start It

illustration-kid-francescoli-french-79-difracto_1-1487861079

Kid Francescoli et French 79 au Krakatoa : à vos marques, prêts, décollez

Fermez les yeux et imaginez un autre monde. Un monde où chaque sonorité rime comme une pulsion, un éclat de voix comme une résonance, un néon comme un espoir.

Kid Francescoli, accompagnée de la ravissante Julia, nous a transporté dans son univers fantastique. Pour les fidèles des artistes sur scène, les sourires sont déjà de mise dans une salle bien remplie et aussi enthousiaste que diverse de par les horizons et les personnalités qu’elle semble comporter. C’est alors que les curieux, venus pour découvrir, ne peuvent s’empêcher de ressentir une ambiance très éclectique et s’attendent à faire une très, très belle rencontre.

Et dès les premiers morceaux, ils savent qu’ils ne se sont pas trompés. Avec sa voix singulière, presque désinvolte, la chanteuse nous interprète en beauté l’une de ses créations aux influences qui se veulent “hip-hop” qui contraste beaucoup avec le reste des morceaux représentés sur scène, mais qui nous laisse une trace magnifique de diversité et avec un seul mot en bouche : “Encore !”.

Puis arrive le moment tant attendu de Blow Up, titre qui compte près de 1 500 000 vues sur Youtube. “Celle-ci est une chanson d’amour…” nous confie le marseillais après quelques notes… Les connaisseurs auront les images du magnifique clip en tête, les curieux de simples étoiles dans les yeux et quelques papillons dans le ventre. L’ambiance est fantastique, la musique, envoûtante.

Kid Francescoli, c’est un voyage, un diamant poli et travaillé minutieusement, note par note, morceau par morceau. C’est original, c’est beau, c’est sincère, c’est tout ce qu’on aime.

Nous n’avons même pas le temps de descendre de notre nuage que French 79 surplombe la salle, entre ses platines et les rétroprojecteurs qui assureront un somptueux fond lumineux tout au long de sa performance.

Car en effet, French 79 qui s’était fait remarquer avec les clips minimalistes, graphiques et envoûtants de ses morceaux Between the buttons ou plus récemment Olympic, s’attache à bouleverser nos sens tout au long de son set. Simon, de son vrai prénom, commence d’ailleurs la seconde partie de soirée par Between the buttons, désormais classique.

Il enchaîne les morceaux aux sonorités de plus en plus rythmées, et nous emmène petit à petit au 7e ciel. Il nous annonce presque trop vite qu’après un dernier morceau, il quittera la scène, après une performance durant laquelle nous ne savions pas s’il était mieux de fermer les yeux pour mieux se laisser porter par la musique, ou les laisser ouvert pour admirer les formidables jeux de lumières accompagnant cette dernière. Une nouvelle fois, nous avons assisté à une performance réellement complète, jouissive.

La soirée du 18 mai 2017 restera gravée dans les oreilles et les yeux de chacun des membres du public du Krakatoa. Un show musical et visuellement artistique, transportant l’ensemble de la salle mérignacaise dans une sorte de transe intense bercée de beauté.

Ecrit par Solène Baron et Mathieu Triquenot

 

Retrouvez les dates de la tournée Play me again sur la page facebook de Kid Francescoli : https://www.facebook.com/kidfrancescoli/?fref=ts

Et pour découvrir toutes les pépites de French 79, c’est par ici : https://www.facebook.com/french79music/?fref=ts

partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email
Vous aimerez aussi
Top 5 des compilations de 2022
Jersey Drill : Le nouveau genre favori de l’underground
Le grand retour de Kendrick Lamar