Start It

jpg-panamabende1-666631

[LIVE REPORT] Rap et pogos à la Rockschool Barbey avec Panama Bende et Majin Killaz

Vendredi soir, étaient invités sur la scène de la Rockschool Barbey, les sept rappeurs parisiens du groupe Panama Bende, et leur première partie typiquement bordelaise, Majin Killaz.

21h sonne, le rideau de fer de la salle bordelaise se lève et laisse entrer le public aux visages essentiellement adolescents.

Quelques minutes plus tard, le crew Majin Killaz débarque sur scène sous les cris et applaudissements de spectateurs déjà bien chauffés par les doux effluves de Chanvre qui règnent en maîtres dans la salle.

Les différents morceaux que l’on trouve sur la page Facebook du groupe annonçaient un live plus que prometteur. On y découvre alors des instru’ oldschool et un flow entrainant comme sur les sons Burdigala ou Au bord de ma fenêtre.

Néanmoins les six rappeurs ont livré un show bancal et peu répété.

Se sont alors enchainés des seize saccadés, des paroles oubliées ou au mieux, inintelligibles. Les déplacements des artistes sur la scène étaient laborieux et rythmés par des entrechoquements. Un manque d’expérience me direz-vous ? Sûrement.

Malgré ça, on ne peut pas leur reprocher leur énergie qui a nourri la conviction du public jusqu’au bout et qui a permis la connexion avec celui-ci à travers différents moments de « jump » et de pogos.

À la différence, les spectateurs semblaient faire abstraction de toutes les imperfections du moment, ayant pour seul objectif de faire un accueil plus que bouillant au collectif parisien qui suivait. On regrette alors que la qualité des morceaux de Majin Killaz ait disparu lors de leur performance sur scène.

 

Le contraste en terme de prestation scénique entre les deux groupes s’est rapidement fait sentir lorsque Panama Bende a foulé le sol de la Rockschool.

Les sept parisiens arrivent au compte-goutte sur scène accompagnés de leur DJ. Cris et bousculades sont au rendez-vous à l’apparition d’Ormaz, Lesram, PLK, Aladin135, Asf, Elyo et Zeurty.

Les instru’ épurées de leur premier album, ADN, retentissent dans la salle.  Les artistes rappent les uns après les autres sur les titres qui les ont fait connaitre comme « Yuhi », « Molo », « Gros Plavon » et bien sûr leur plus grand succès « Fêter » qui laisse le public extatique, s’ajoute à ça une cohésion au sein du crew qui est indéniable.

Pas beaucoup plus âgés que leur public, ils installent une atmosphère familiale dans la salle, les membres échangent « ter » et chaleur avec les spectateurs. La « Fumée verte » se diffuse, les pogos s’enchainent et la vague que crée le public est inarrêtable.

PLK et Lesram interprètent tour à tour leurs nouveaux titres, l’un provenant du nouvel album de PLK, l’autre fraîchement mis en ligne sur Youtube.

Mais c’est lorsqu’Aladin 135 prend le micro sur « Parti de Rien » que le concert atteint son paroxysme. La prestation collective est déjà excellente, mais Aladin évince tous ceux qui l’entourent. Au centre de la scène, il enchaine ses lignes en faisant abstraction de tout.  Son flow l’emporte et invite le public à se laisser porter avec lui. Lui qui paraissait placide dans la première partie du live se transforme en réelle bête de scène dans la seconde.

Le crew revient sur son début de carrière (qui reste quand même relativement récent) en laissant retentir « Avé », issu de son EP Bende Mafia, en guise de clôture. Le concert se termine sur une mêlée générale du public et malgré l’achèvement du live celle-ci continue dans les escaliers de la Rockschool.

Panama Bende nous a donc livré un show bestial et explosif nous faisant presque oublier qu’ils font figure de « petits nouveaux » du rap game.

On résumera donc cette soirée en deux mots : GROS BORDEL.

 

Par Margaux Philippon. 

partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email
Vous aimerez aussi
Earl Sweatshirt revient avec son nouvel album : SICK!
Retour sur nos albums préférés de l’année 2021
Le retour du V