Start It

Capture d’écran 2017-10-30 à 09.57.04

Le Coup de Projo #5 : Masego, le fils caché du Jazz et de la TrapHouse

Difficile de passer à côté de la chaine COLORS sur Youtube, surtout quand on y trouve des pépites comme Masego, le protégé du Dj FKJ.

Le 10 avril dernier, on y découvrait l’artiste jamaïco-américain interpréter son single Navajo et ayant pour seul et unique accompagnateur dans ce paysage vide et bleuté, son pad.

 

Il prend le rôle de son saxo, qui lui est d’habitude vissé à la main, et qui apparait ici à son cou. Malgré l’absence de l’instrument, le cuivre ne tarde pas à remplacer les vocales qui ont retenti dès les premières secondes du morceau. Avec ses instrus jazzy accélérées par les beats électro, Masego réchauffe en quelques minutes l’univers austère qui lui a été imposé. En 3min14, la voix de Masego rebondit entre vibes très soul et rap, et laisse le saxophone terminer élégamment le titre.

 

Les premiers sons qu’a posté l’artiste, il y a deux an, sur son Soundcloud nous permettent de comprendre que Masego n’est pas seulement l’identité physique d’un vocaliste. La voix de l’homme et du cuivre sont indissociables. Ce n’est pas un artiste mais un duo auquel nous avons à faire. Et ce duo remet magnifiquement au goût du jour le jazz.

Parce que oui, on peut penser que le jazz, c’est ce style musical poussiéreux qui s’écoute un verre de Gin à la main au fond d’une cave dépourvue de lumière, sur lequel la voix rocailleuse d’une chanteuse ayant fumé trop de Gitanes se pose.

 

Mais là, Masego emporte le jazz et le fait évoluer vers quelque chose de plus dansant, quelque chose qui nous fait nous sentir bien. Il nomme lui-même son style musical de Trap House Jazz.

Ses débuts rassemblés dans une liste de six titres, intitulée très sobrement « TrapHouseJazz » sont un mélange de RnB, de Jazz, d’électro et parfois même de Dancehall (notamment sur Jazzy Twerk) qui ne laissent à cet instant aucune place à l’incroyable voix de Masego, mais plutôt à quelques samples bien choisis. Ce premier projet traverse l’auditeur et l’emmène vers un voyage planant et rassurant à la manière de FKJ. Toutefois, celui-ci ne révèle pas encore l’intégralité de l’identité musicale du jeune homme.

C’est sur son second projet que l’auditeur sort de sa délectation musicale pour que la danse s’empare à son tour de son corps. L’EP The Pink Polo sorti il y a 2 ans, produit en collaboration avec Medasin, le jeune producteur de Dallas, a permis à la voix veloutée et douce de Masengo de se faire connaitre. Le rythme se fait plus rapide sans jamais y oublier le saxophone, élément omniprésent de chacune des compositions. Les influences musicales du chanteur sont alors plus que jamais palpables. Le jeune homme ayant fait ses armes musicales à l’église, le gospel fait plus d’une fois acte de présence notamment dans le titre Sego Hotline. L’orgue, les tonalités et les vibrations de sa voix : tout y est, tout comme les spectres vocaux d’un certain Marvin Gaye ou d’un fulgurant Otis Redding.

C’est également sur cet EP que Masego laisse le scat renaitre de ses cendres à plusieurs reprises. Le scat c’est cette pratique vocale, propre au jazz, qui consiste à remplacer les paroles par des syllabes choisies en raison de leur valeur rythmique et phonétique (Définition du CNRTL). Il le manie particulièrement bien sur le titre le plus connu du de l’EP : Girls That Dance, qui laisse penser que Masego est le fils caché d’Ella Fitzgerald et le cousin germain de Mac Miller et d’Anderson. Paak.

Mais toutes ces influences diverses cessent de se bousculer dans « LOOSE THOUGHTS » et se disséminent avec parcimonie et harmonie dans cette mixtape de 2016, preuve de la maturité et de l’évolution de l’artiste. Celle-ci s’ouvre sur une petite leçon de jazz « YOU GON’ LEARN SOME JAZZ TODAY » s’introduisant avec un mélange de scat rappé avec un fort accent jamaïcain et s’achevant sur les sonorités du fidèle saxophone.

Tout au long de la mixtape, la mélodie n’est aucunement supplantée par la voix de Masego qui nous propose des instrus house dialoguant avec des vocales à la musicalité éclectique. Une sorte de modestie existe entre l’artiste et ses instrus, ce qui contraste avec l’arrogance et l’audace du jeune homme de 24 ans sur les titres « I’m in Hollywood… » et « I DO EVERYTHING ».

Et on ne va pas le blâmer, parce que rien qu’en entendant les premières notes de ce titre on peut conclure qu’il est excellent.

 

https://soundcloud.com/masegomusic/sets/loose-thoughts

Dernièrement, ce sont ses collaborations qui laissent présager à Masego un brillant avenir dans le monde de la musique et notamment celle avec le DJ de la « French Touch » FKJ. Leur single « Tadow » est sorti le 6 Octobre dernier sur les plateformes de téléchargement mais on pouvait en découvrir une version studio sur Youtube dès le mois de mai. En s’associant, ils nous emmènent pour une ballade auditive et ensoleillée de 5min.  Entre subtiles notes de pianos, accords de guitares et duo de cuivres, les deux autodidactes nous révèlent la symbiose évidente qui s’est créée entre leurs deux univers.

 

Ainsi déjà repéré par FKJ et Godlink (avec qui il a déjà fait un morceau en 2015), Masego est en passe de devenir une figure à part entière du paysage musical actuel. Son rap au flow saccadé, ses influences soul et groovy, ses intonations venant de sa culture caribéenne et surtout sa capacité à scatter font de lui un « ovni » qui a encore beaucoup de chose à apprendre au monde de la musique.

 

Par Margaux Philippon.

partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email
Vous aimerez aussi
Retour sur nos albums préférés de l’année 2021
Le retour du V
La 25ᵉ édition du festival Art Sonic célébrera la Normandie