Start It

Bigflo-et-Oli_Gustavo-site

[LIVE REPORT] Big Flo & Oli ramènent leur chaleur toulousaine au Rocher de Palmer

Ce vendredi 10 novembre, Big Flo et Oli, ainsi que leur première partie (et non pas des moindres) Berywam se sont produits au Rocher de Palmer, à Cenon.

Première Partie : 20h30, le concert débute quand quatre hommes s’avancent sur scène.

La première partie assurée par le groupe de beatboxers Berywam est surprenante et ce dans le bon sens du terme. Composé originellement des beatboxers Beatness, Wawad, Rythmind et MB14le groupe a dû se passer de ce dernier, absent pour la soirée mais très bien remplacé.

Champion de France de beatbox en équipe 2016, les quatres acolytes ont confirmés les éloges entendus à leur encontre sur la scène du Rocher : Des sons sans bavure, des imitations à couper le souffle et un spectacle réussi !

Leur style ? Rap, disco/funk, influences asiatiques… un méli-mélo de styles réunis dans un même but : ambiancer et faire kiffer le public.

Pari tenu pour ce quatuor toulousain qui a réussi à chauffer la salle !

S’ensuit une transition riche en émotion, le public hurle, acclamant Big Flo & Oli avant même qu’ils ne fassent leur apparition. Durant cette attente, on remarque notamment le travail scénographique de leur tournée, avec des structures faisant office de maisons sur lesquelles on peut voir tagué « La Vraie vie », le nom de leur nouvel album.

L’impatience se fait ressentir, et arrive enfin Big Flo accompagné de deux musiciens et d’un DJ. Après que les cris de la foule se soient dissipés, c’est au tour d’Oli de rentrer sur scène : le spectacle peut commencer.

 

Ils entonnent ensemble le titre phare de leur nouvel album « La vraie vie ». Le public , dont la moyenne d’âge varie entre 10 et 50 ans (Essentiellement des familles et des adolescents), rentre alors en transe et chante chaque parole et chaque couplet de leur chanson. En effet, Big Flo & Oli le font remarquer durant leur performance, ils n’ont même plus besoin de chanter puisque le public le fait à leur place.

Le duo infernal  remercie à plusieurs reprises les fans en soulignant que sans eux ils n’auraient pas eu la chance de se faire connaître et de faire des tournées. La sincérité et la connexion avec les Bordelais est au rendez-vous. En guise d’hommage, ils font alors énormément référence à la ville Bordelaise, notamment pendant leur « battle» durant laquelle Oli balance la punchline « tu es tellement fin que tu peux te fondre dans le miroir d’eau » (petit clash gentillet entre frérots).

 

Tout est planifié durant le concert notamment avec les visu’ défilant au fond de la scène (qui sont, soit dit en passant, incroyables). Les deux frangins ne nous ont pas seulement délivré un concert mais aussi un sketch très spontané et bon enfant. On se croirait presque en soirée avec des potes. Leurs titres très célèbres « Comme D’hab » et  « La cour des grands »,  issus tous deux du premier album accentuent cette impression.

Tout au long du show, ils évoquent leurs premières expériences, en rapport avec leur musique ou leurs premiers concerts. Ils surchauffent le public (déjà bouillant), le laissent interagir pendant leur clash, l’invitent à sauter dans tous les sens en allant de gauche à droite et à entonner « Ici c’est la vraie vie ! ».

Mais ce n’était clairement pas que de la rigolade. L’émotion était bien présente durant la chanson « Salope » qu’ils interprètent assis sur un banc laissant la scénographie raconter l’histoire d’une prostituée. Mais aussi avec la chanson « Papa » pendant laquelle on peut voir défiler des photos d’eux avec leur père. Peu importe l’âge, on constate que tous les spectateurs ont adoré la prestation. Les deux jeunes rappeurs demandent, le temps de cette chanson, que tous les pères présents crient avec eux et la réponse du public est bien loin du bide.  Ils finissent ce titre en remerciant les musiciens, ceux-ci nous jouant à leur tour, un passage de salsa. Oli saisit alors sa trompette et Big Flo sa batterie. En effet il s’avère qu’ils n’ont pas seulement du flow mais un vrai talent de musicien.

 

Puis quand approche la fin du concert, vient un second temps d’open mic où les deux frères s’affrontent bravement et très vivement. Ils essaient alors de se départager aux cris des spectateurs mais impossible, ils décident donc de faire un « pierre feuille papier ciseaux », sans oublier de lancer un petit pic à tous les reporters (dont Start It) :  « «  Les journalistes qui ont eu des « pass » pour venir au concert et qui vont devoir faire un article vont dire :  « Alors au début c’était un concert puis c’est parti sur un chifoumi » ». Ainsi, se clôture un show animé tout le long par l’humour et la bienveillance des deux artistes toulousains.

 

Encore grand merci au Rocher Palmer, à Berywam et bien sûr à Big Flo & Oli, pour cette soirée de folie.

 

Par Emma Bréhaudat et Clémence Tilly. 

partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email
Vous aimerez aussi
Le Boom Bap : ce style intemporel
Earl Sweatshirt revient avec son nouvel album : SICK!
Retour sur nos albums préférés de l’année 2021