Start It

IMG_7452

Astropolis #24 : Manoir de Keroual – Voyage au bout de la France

Cette 24ème édition d’Astropolis au Manoir de Keroual pouvait tout sauf mal se passer, le beau temps et un magnifique coucher de soleil ont répondu à l’appel nous rappelant que la saison des festivals avait bien posé ses valises. Conditions idéales pour accueillir près de 20 000 festivaliers dans le bois de cette bâtisse du XVI siècle qui accueille depuis 2002 le festival. C’est donc, pour le plaisir de nos yeux, dans un décor post/Moyen Âge chevaleresque que ce pèlerinage annuel prend vie et devient le terrain de jeu de pointures et de figures montantes de la scène électronique. 4 scènes pour 4 menus différents : légendes à l’Astrofloor, puissances éclectiques dans la Cour, kicks têtus et distorsions méchamment industrielles à la Mekanik et enfin de jeunes pousses dont le talent ne fait nul doute au Dôme. Toutes les clefs sont réunies, les hostilités sont lancées…

 

Arrivés aux alentours de 00h au Manoir de Keroual nous découvrons les lieux, ce village festif dégage une énergie telle que nous sommes immédiatement plongés dans la magie du moment.

Après avoir pris la température du bois de Keroual et de ses contrés nous nous dirigeons vers la Mekanik stage où 14anger a entamé sa prestation.

Natif de Paris, il exprime son goût pour la musique à travers de nombreux labels comme Tripalium ou encore Mindcut. C’est un réel déchainement de sonorités industrielles et de mélodies qui lui sont propres qu’il nous sert sur un plateau pour un dépucelage Astropolisien annonçant les couleurs d’une nuit forte en émotion. 

Fin d’une prestation fidèle à elle-même et à l’expérience de cet artiste, pas question de quitter le chapiteau nous sommes prêts à en découdre avec le live qui suit de KRTM qui inonde depuis quelques mois les soirées parisiennes et vient maintenant frapper à la porte du pays de Brest.

Recherche et génie sont au rendez-vous. Un live riche en influences nous est délivré par cet artiste belge qui se produit depuis maintenant près de 10 ans dans toute l’Europe et en qui Manu Le Malin, acteur majeur du festival, place toute sa confiance. Il oscille entre une techno brute et une hardcore pointilleuse réglée à la perfection tant le rendu peut s’avérer grinçant et tant le système son supporte une telle attaque sonore. 

Nous avons pu échanger quelques mots avec lui à la fin de son live, il était heureux de sa prestation et pris par l’euphorie de l’intensité du moment. Une future venue à Bordeaux ? 

Au tour de Manu Le Malin de prendre les commandes. Comme à son habitude un set nourri d’enchainements dont lui seul a le secret : on ne s’en lasse pas et on se déhanche jusqu’aux derniers instants.

L’heure pour nous d’aller rendre une courte visite aux artistes de Modeselektor qui se produisent sur l’Astrofloor avant de se rendre à la scène Dome où le poulain Unklevon de l’écurie Musart Concept Label démarre son live. Après nous l’avoir fait découvrir lors de notre Pep’hit électro en février dernier à Bordeaux et l’avoir produit avant le back to back d’I Hate Models et AZF à la soirée Impact au Mans, c’est maintenant sur les terres d’Astropolis qu’Unklevon a eu l’occasion de déchainer ses productions rythmées et percutantes. Affaire à suivre…

C’est ensuite d’un pas déterminé que nous nous rendons dans la fameuse Cour d’Astropolis où les artistes Electric rescue et Kmyle, unis sous le récent projet « Laval », nous délivrent notre 3ème live de la soirée. C’était sans savoir qu’un voyage au pays de la techno lunaire et des boucles enivrantes nous attendaient. De la fusion entre ces deux artistes, bien qu’elle paraisse évidente, ressort une énergie puissante semblable à l’achèvement d’une nuit et l’arrivée d’un nouveau jour sous les vibrations terrestres d’un bois enchanté.

C’est avec Laurent Garnier et sa sélection de tracks toujours aussi efficace (mention spéciale pour celui-ci et ses lyrics envoutants https://www.youtube.com/watch?v=aU6z-pPEmY0) que nous passons nos dernières minutes pour une dernière escale d’un voyage qui aura réveillé les passions et bouleversé les sens.

Pour les curieux et ceux qui n’ont pas froid aux yeux, rendez-vous à la rentrée pour l’édition Fortress d’Astropolis avec encore et toujours des pointures de la scène comme Möd3rn ou encore Anetha

La bise bretonne, 

Amour & crêpes à la saucisse 

Maelig Sebillotte

partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email
Vous aimerez aussi
Zeu, le prince des ténèbres
Les nominations des Grammy Awards 2022 dévoilées
Rowjay met définitivement Montréal sur la map