Voilà quelques minutes que les démons de minuit se sont emparés de notre soirée, nous pénétrons enfin dans l’enceinte du temple de la Techno, qui se trouvait être cette année encore le Parc des Expositions de Montpellier. Nous rejoignons la Green Room pour continuer cette soirée qui s’annonce haute en couleurs. Devant nous, Arnaud Rebotini et The Hacker. Nous trépignions de voir ces deux figures emblématiques de la techno réunies autour d’un même synthé analogique, nous voilà comblés. Les deux compères nous en mettent plein les oreilles comme nous l’avions imaginé, et le lightshow extrêmement bien conçu ne fait qu’amplifier la puissance du set. Nous avons beaucoup apprécié la bonne humeur du duo et les petits pas de danse du Patron Arnaud Rebotini ne nous encourageaient qu’à faire de même. Grand moment d’euphorie lorsque les premières notes de “Pagan Dance Move ont envahi la Green.




Bien réchauffés, nous remarquons qu’il est déjà l’heure de rejoindre la Red Room aux lumières bleues pour aller écouter un autre duo bien connu de nos systèmes auditifs, Tale Of Us. Comme cela nous était conseillé sur le site du festival, nous nous sommes laissés faire par ces deux as du mix et leurs sons aux mélodies ambient qui frappent fort.

Le lightshow accompagnait une fois de plus parfaitement les sensations véhiculées par le set envoûtant du duo italien.
Entre des silences parfaitement maîtrisés, des drops extrêmement bien ficelés et des basses bien énervées, il nous a été très compliqué de retrouver nos esprits lorsque le set pris (malheureusement) fin.

De retour dans la Green Room, on a hâte de voir notre homme au chapeau préféré.
Kölsch accueille son public avec le sourire, comme à son habitude. On ne saurait s’en lasser. Il nous livre un set énergique, et nous prouve une fois de plus qu’il sait mieux que personne manier les mélodies entêtantes aux drops nous emmenant très loin.



Et bien évidemment un énorme plaisir nous a envahi lorsque notre Dj Danois préféré a envoyé “HAL sans prévenir.

Pour finir la soirée, deux options nous titillaient : la Red Room avec Charlotte de Witte ou la Green Room animée par Laurent Garnier.

Nous décidons d’abord d’aller voir ce qu’il se trame au niveau de la Red Room.

De la techno classique à l’Acid, en passant par des sons mélodiques, ce set était un vrai mélange des genres, maîtrisé avec une grande technique.

Malgré tout, nos avis divergent, une partie de la team a eu du mal à se mettre dans l’ambiance alors que le reste a vécu ce set comme l’un des meilleurs… Avec la réputation qui précède la Djette, nous en attendions peut-être un peu trop.


Et puisqu’il paraît qu’il est indispensable de voir un set de Laurent Garnier au moins une fois dans sa vie, nous décidons de passer une petite visite à notre Lolo national, non sans excitation !



Et comme on est sympa à Start It, on vous balance une belle petite pépite Acid de System 7, tout droit sortie du closing : “Alpha Wave.

Cette année encore, nous ressortons vidés, mais heureux. Le public était tout à fait dans l’esprit du festival : bon enfant et avide de découverte, ce qui est très agréable en festival ! Ajoutez à cela un système son ainsi que les lightshows au top et vous obtiendrez une soirée riche en émotions qui ne nous aura pas laissé indifférents.

Le délais jusqu’à la prochaine édition sera long, en attendant, on garde ces beaux souvenirs en tête et on vous dit à l’année prochaine !


Joséphine, Alex, Pauline

 

Crédits photo : I LOVE TECHNO EUROPE