Nous sommes le vendredi 7 décembre, il est 23h30 quand nous mettons les pieds au Rocher de Palmer afin entamer cette édition hivernale du Millésime 2018. Nous avions déjà eu l’occasion de participer en Juin au festival qui se déroulait alors à La Réole. Nous en avions gardé un très bon souvenir ; il faut dire que de grands noms avaient été conviés : Manu le Malin, Jacidorex, Acid Division sur la scène Rave pour ne citer qu’eux.

C’est donc avec beaucoup d’excitation que nous attendions la Winter Edition organisée par les copains de Hangar A. Pour cette première soirée placée sous le signe du Hardcore, nous avons eu l’honneur d’assister à la prestation d’Eye-D, l’un des membres du duo néerlandais The Outside Agency. Enfin, pour couronner le tout, “When I say Anger, you say Fist !”, c’est bien le leader incontesté du genre, le seul et l’unique Angerfist qui nous a transporté dans son univers.

C’est à 1h que la moitié de The Outside Agency débute les hostilités. Le producteur d’hardcore industrial / crossbreed commence son set très fort, instaurant dès le début une ambiance bien plus industrielle. C’est armé de gros kicks stridents et distordus qu’il nous fait vibrer, chaque coup de kick faisant crisper notre visage. Le set commence par ce qu’on peut appeler du “mid-tempo“ industrial. Nous avons pu entendre une track du dernier EP de Somniac One, Kill Everyone.

La soirée avance et Eye-D ne fait aucune concession en jouant une musique toujours aussi brute et sombre, ce qui n’est pas pour nous déplaire. En avançant dans son set, le DJ néerlandais joue de plus en plus de tracks crossbreed, ce genre mélangeant drum & bass et hardcore, incluant de longs passages de breaks mêlés de bassdrums et kicks hardcore afin de produire un mélange explosif, très rythmé, ne laissant pas de place à la monotonie. Nous avons notamment pu entendre le classique Sam’s gospel de The Outside Agency & N-Vitral. La soirée avance, les bpm aussi, le disc jokey nous embarque avec de l’industrial hardcore à plus de 175 bpm faisant danser la foule comme si elle ne demandait que ça, le public étant très réceptif. Son set fut un crescendo impeccable, autant sur la sélection que sur la technique.

– N-VitralSuch Kick ( Deathmachine remix )

 

Après avoir bien transpiré sur les rythmes endiablés de TOA, et après une pause cigarette revigorante, nous revenons dans la salle prêts à voir la tête d’affiche de la soirée. Le célèbre Angerfist, 29ème DJ mondial en 2018, revient en France pour présenter son dernier album Creed of Chaos (sorti en novembre 2017). C’est armé de son fameux masque de hockey/Freddy/Hannibal Lecter et de son hoodie noir qu’il débarque sous les projecteurs pour le plus grand plaisir du public. Un mapping assez dark et énergique l’accompagne comme il se doit, sans pour autant être transcendant, mais la qualité du son et des enceintes nous transporte tout de même dans son univers. La foule, moins présente pour les autres sets, se réveille alors et la ferveur commence à s’intensifier. Aux premières notes de son intro “When I say Anger, you say Fist”, le public joue le jeu et chante avec lui.

 

Il commence par certaines tracks de dubstep / drum & bass qui suivent bien le cours de la soirée avant de passer ses tracks les plus connues comme Pennywiseou Master of Hardcore. A chaque hit, le public reprend en chœur les phrases du MC. Il jouera même certains titres de sa collègue de Master Of Hardcore, Miss K8(Temper, Out Of The Frame) ainsi que sa dernière sortie Creature. A la fin de son set, comme à son habitude, le DJ hollandais nous emmène dans les coins plus sombres du genre avec des sons terrorcore voire speedcore pour le plus grand plaisir du public.

 

Nous partons à la fin de son set pour aller taper du pied sur la scène drum & bass avant de retourner dans la grande salle pour le dernier set des deux collectifs Arakneed et Frenetek.

 

Cette première soirée fut une belle réussite, nous laissons nos collègues affronter le Round 2 de cette édition hivernale : la soirée Trance.

Adrien, Theo et Vincent