Mardi 29 janvier 2019, Anna Calvi s’est invitée au Rocher de Palmer à Bordeaux pour présenter son nouvel album Hunter.

La première chanson à être interprétée est également le premier morceau de son nouvel album. Anna Calvi, accompagnée de ses musiciens arrive, guitare électrique en main, dans une lumière sombre rouge sang qui la mettra en lumière tout au long de sa performance. Dès le début de la musique, nous sommes plongés dans son univers sombre, un réel mélange à la fois sensuel et démoniaque. Nos corps ondulent de plus en plus lorsque “Hunter”, la deuxième chanson et le titre phare de son album vient à être chanter. La voix d’Anna Calvi qui semble si timide lorsqu’elle nous glisse des “thank you” absorbe tout son public.

Le public présent était composé d’une majorité de spectateurs pour la plupart entre 40 à 50 ans, tous fins connaisseurs de cette artiste du Royaume-Uni.

 

Ce dernier album, plus politique que l’avant-dernier s’interroge sur les genres “féminin” et “masculin” et dresse un  portrait singulier de la société. Une société plus queer, plus féministe, où la liberté sexuelle est au-delà d’une simple identité genrée. Don’t beat the girl out of my boy” est sans doute le titre qui reflète le mieux son idée de notre société. Sur scène elle interprète ses nouveaux titres mélangeant sensualité et violence, un contraste de douceur et de brutalité exprimé à travers la tessiture incroyable de sa voix.

La rockeuse nous livre des solos de guitare électrique hors du temps, qui a su tenir en haleine ses spectateurs tout au long de sa prestation. Ses riffs interminables et envoûtants étaient présents dans chacune de ses chansons, l’artiste ne faisant alors plus qu’un avec son instrument. N’hésitant pas à s’allonger par terre, à jouer avec son public, elle occupe tout l’espace, ne nous laissant aucun répit. Le titre “Indie or Paradise” représente le mieux ces moments de déchaînement.

Le seul instant calme et posé a été lors de la chanson “Away”.  La voix d’Anna Calvi, pure et d’une justesse incomparable nous transporte pour quelques minutes dans une autre dimension où le temps s’arrête.

Lors du rappel, toute la salle est en feu. Personne ne veut que ça s’arrête, une ovation lui est faite. A son retour, elle finit bien évidemment en beauté avec sa chanson “Desire” de son avant dernier album. C’est l’explosion, que ce soit les artistes ou le public tout le monde est entraîné dans cette frénésie. Elle nous livre trois dernières chansons endiablées et finit de la manière la plus rock qu’il soit, en jetant sa guitare au sol.

Un salut, bras en crucifie, le rideau tombe.

L’ambiance spirituelle dans laquelle nous avons été bercée tout au long du concert nous a suivi longtemps après la dernière chanson. Aucun téléphone levé, le spectateur était simplement là pour profiter du moment présent sans déranger son voisin par un flash ou un enregistrement de vidéo.

Nous avons rarement assisté à une prestation de cette qualité, nous ne pouvons donc que vous inviter à écouter son dernier album et à la rencontrer lors d’un concert si vous en avez l’occasion.

 

Nina Kulundzic & Amélie Da Silva