Start It

GUIZMO-2

[LIVE REPORT] Guizmo : la force du renard

Depuis sa séparation avec le collectif l’Entourage, Guizmo a tracé sa route et figure désormais parmi les plus grands du rap français. À la frontière entre la New School et la Old School, le rappeur de Villeneuve-la-Garenne a sorti son 8ème album “Renard” l’été dernier et il impressionne toujours autant son public avec ses punchlines affutées, ses lyrics poignants et son flow hors-du-commun. Nous sommes partis à la rencontre de « Guizi Ouzou » qui se produisait à la Rock School Barbey ce 15 mars.

 

Il est 20h30 lorsque nous pénétrons dans l’enceinte de la Rock School Barbey et nous nous rendons compte que la salle est à peu près remplie au ⅔. C’est JIM, le jeune rappeur bordelais de 21 ans et vainqueur du concours lancé par Guizmo l’année dernière qui a l’honneur d’assurer la première partie de Guiz’. Accompagné de Reckless aux platines et de Feeko pour les backs, JIM entame cette première partie avec brio en kickant sur des prod’ de qualité et qui interpellent le public.

Avec des inspirations du rap français comme IAM ou 1995, le rappeur parvient à chauffer la foule grâce à son flow incisif et son énergie communicative. Il nous fait le plaisir de nous interpréter des exclusivités de son prochain EP à paraître dans les semaines à venir. Vers la fin de sa prestation, JIM nous rejoint même dans la foule pour venir chanter avec nous, pour enfin finir sur un pogo ambiancé. Après une bonne heure de show, JIM est parvenu à chauffer la salle comme il se doit et il quitte la scène pour passer le flambeau à celui que tout le monde attend.

C’est alors que le beatmaker de Guizmo, DJ DRK, entre sur scène et s’empare des platines pour un warm-up de qualité. En effet, DRK n’en est pas à son premier coup d’essai et il figure parmi les meilleurs beatmakers de la scène hip-hop française en étant également le DJ officiel de Keny Arkana.

Ayant l’habitude de se faire désirer par son public, Guizmo ne déroge pas à la règle et cela fait maintenant près de 25 minutes que nous attendons son entrée sur scène. Heureusement, grâce à sa technicité et son expérience, DRK nous fait patienter et nous convainc en un tour de disque avec ses scratchs.

Après près de 40 minutes d’attente durant lesquelles le public commence à s’impatienter, nous apercevons enfin le rappeur de Villeneuve-la-Garenne apparaître micro en main pour débuter sa prestation. Habituellement, les avis sur les prestations live de Guizmo sont ambivalents et oscillent entre des ressentis très positifs avec un Guiz’ qui comble son public en les immergeant dans une atmosphère chaleureuse et conviviale et d’autres ressentis plus négatifs où il apparaît dans un état tellement second qu’il ne parvient pas à tenir sa prestation. Pour être honnête, Guizmo était à la frontière de ces deux avis lorsqu’il s’est produit devant nous. En effet, malgré une arrivée sous substances remarquée, il parvient tout de même à communiquer toutes les émotions présentes dans ses textes. Dès son entrée sur scène, Guizmo s’excuse de son retard en interprétant « Pardon »  de son album Amicalement Vôtre.

Euphorique d’enfin voir l’artiste en action, le public connaît ses classiques sur le bout des doigts et la foule scande les refrains et couplets sur des sons comme « GPG 5 », « André » ou encore son freestyle « J’aime l’alcool et le popo ». Au plus grand bonheur de ses fans, l’artiste enchaîne ses titres phares en n’omettant pas les titres un peu plus anciens mais qui restent des classiques.

Son concert est globalement marqué par de longues pauses où il s’adresse directement à son public et où il l’interpelle : que ce soit pour faire monter sur scène un breaker ou un rouleur de spliff a.k.a Spliffman, il reste proche de son public et ses fans pendant tout le show et partage avec eux sa souffrance la plus intime. Le public lui rend bien l’appareil en scandant ses refrains, en enchaînant les pogos et en levant les bras au rythme du mix de DRK.

Le concert suit son cours, la température et l’ambiance montent de minutes en minutes quand retentit soudain le célèbre « Normal » qui reste toujours aussi efficace et qui fait littéralement lever la foule partant en pogo général. L’ambiance atteint son apogée mais nous sentons que la fin approche…

Il termine avec le traditionnel briquet en l’air, classique mais qui fonctionne toujours bien, surtout sur du « Could You Be Loved » de Bobby ! Le rappeur et son DJ se remercient mutuellement et Guizmo annonce au mic’ qu’il n’y aura pas de rappel… Toujours proche de son public, il ajoute qu’il sera disponible 15 minutes plus tard au stand pour une séance de dédicaces et photos mais aussi pour parler avec ses fans.

Si l’on devait résumer son concert, on pourrait dire qu’il était relativement complet et bien mené même si nous restons tout de même sur notre faim. À cause de son retard et des pauses à répétition, la prestation de Guiz’ n’a duré qu’à peine plus qu’une quarantaine de minutes même si celle-ci a été réalisée avec brio  et qu’elle a su résonner dans la majorité du public venu y assister.

Nous nous sommes donc régalé à ce concert même s’il fut court et particulier. Avec la récente reprise de sa série de freestyle GPG avec « GPG 5 », toujours sur une instru très old school boom bap et une plume toujours plus incisive, on peut ajouter l’annonce d’un nouvel EP GPG #2 qui verra le jour le 7 juin prochain. Nous attendons avec impatience cet EP qui s’annonce survolté !

« Que pensez-vous de GPG 5 mes renards ? La suite arrive… Guiz’ Y&W »

Enjoy & stay tuned.

 

Alexis et Théo.

 

 

 

partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email
Vous aimerez aussi
Earl Sweatshirt revient avec son nouvel album : SICK!
Retour sur nos albums préférés de l’année 2021
Le retour du V