Le groupe de dub High Tone a entamé sa tournée en France à la suite de leur nouvel album « Time has come » sorti début mars. Et pour bien démarrer, le groupe lyonnais a choisi Bordeaux et notre chère Rock School Barbey comme première date et son public comme cobaye. Et le terme « cobaye » s’applique tout particulièrement car au fur et à mesure de la performance on s’aperçoit que High Tone relève plus de l’expérience sensorielle que d’un simple concert.

Il est 21h30 lorsque nous entrons dans l’enceinte de la Rock School Barbey qui commence à se remplir. Nous arrivons au moment de la dernière track jouée par la première partie jouée par Roots Zombie : il décide de terminer son set par un son plutôt dubstep et est acclamé par la foule. La salle se rallume et un entracte d’environ quinze minutes s’en suit.

Vers 22h, les membres de High Tone arrivent sur scène sans dire un mot devant un public impatient et entament leur concert par un son plutôt mélodieux et envoûtant, ce qui laisse penser à un bon présage pour la suite. Une fois l’intro finie, High Tone semble touché face aux réactions positives du premier son et remercie le public bordelais d’être là. Ils enchaînent directement avec « Rub-A-Dub anthem », leur track mythique, devant une foule totalement déchaînée. Le public commence alors à chanter en cœur et à sauter partout.

Sur scène on retrouve 3 des membres devant leurs platines et, à notre plus grande surprise, un membre à la batterie. Et ce fut une excellente surprise ! Cette batterie se mêlait à la perfection avec le reste des samples et ajoutait sa part d’authenticité à l’instrumental en apportant un certain grain à la musique. Derrière, une scénographie simple mais particulièrement efficace. Un ensemble de lumière très chaude et à l’inverse très froide, venant renforcer la sensation d’équilibre et qui illustre très bien leurs morceaux. Des morceaux qui, bien qu’à chaque fois basés sur le dub, évoluent vers des styles très variés. High Tone nous embarque sur leur base de dub et nous amène vers des sonorités plus acides voire même parfois aux frontières de la transe. Et si l’évolution entre le dub et la trans est assez commune, le groupe se diversifie encore plus en allant vers la techno, le Drum and Bass puis le dubstep en passant par un peu de hip-hop. Un groupe qui vient appuyer le fait que le dub est un genre à part entière mais également qu’il a su évoluer depuis les années 70 en s’inspirant des autres genres et en utilisant les nouveaux procédés qui se sont démocratiser depuis plusieurs années. Sujet que l’on avait déjà évoqué dans une émission radio « le Squat #11 » entièrement dédiée au dub durant laquelle High Tone était justement évoqué.

High Tone a joué en grande partie des titres de leur nouvel album, et ça a été un réel succès auprès du public bordelais qui était très diversifié, allant des ados aux cinquantenaires. Le groupe lyonnais de dub a su nous faire voyager pendant leur concert en nous faisant passer par de la jungle, à la techno avec des bases de dub et des sonorités orientales tout le long.

Dans une salle pleine à craquer ce vendredi 5 Avril, le groupe de dub a autant su faire rêver que faire bouger son public. High Tone nous a présenté un album riche en sonorités et en émotion, et ont fini leur set vers 23h30 sur un très gros son électro plutôt inattendu qui surprend très positivement le public !

 

Enjoy & Stay Tuned.

 

Par LouisGabriel & Lémah.