En cette soirée pluvieuse, nous arrivons à la Rock School Barbey. Il est 20h, la salle ouvre ses portes à 20h20. Seule la fosse est ouverte. Elle se remplit petit à petit d’un public relativement de tout âge, essentiellement masculin, habillé à 90% de t-shirt de métal et de veste en cuir. Sans surprise, étant donné que nous n’allons pas tarder à voir Phil Campbell, guitariste du groupe mythique des années 90, Motörhead.

À 20h30, le groupe Seeds Of Mary entre sur scène. La scénographie ne comprend qu’une banderole à l’image de leur dernier album The Blackbird and the Dying Sun derrière eux. Ils sont cinq sur scène. Les morceaux rock du groupe bordelais s’enchaînent bien, le son ne sature pas. Même si le public est assez sage, ils réussissent à le faire bouger. Seeds Of Mary alterne entre parties très rock et parties plus calmes. Ce sont dans ces parties plus calmes que nous parvenons à entendre l’étendue de la voix du chanteur. Les cinq garçons sont dynamiques sur scène et font participer la foule. À la fin de leurs 25 minutes de prestation, le chanteur remercie toute l’équipe technique et nous souhaite une bonne soirée avec Phil Campbell and the Bastard Sons.

 Il est 21h30, après 30 minutes de pause, le concert reprend. Un peu moins de 300 personnes sont présentes dans la salle. La scénographie est sobre, quelques spots de lumière et une grande banderole avec le nom du groupe au fond de la scène. Les lumières s’éteignent et Highway Star de Deep Purple commence. Le groupe entre à la fin de la chanson. Si le chanteur et les trois fils sont habillés dans un style « bikers », Phil Campbell porte un chapeau, des lunettes de soleil et un t-shirt avec un personnage de dessin animé. L’ancien guitariste de Motörhead est placé à gauche de la scène, le chanteur, Neil Starr, est à côté de lui et deux de ses fils, le bassiste et le guitariste, terminent cette ligne. Le troisième de ses fils est à la batterie derrière. Aucun musicien n’est réellement mis en avant dans cette disposition. Nous aurions pu penser avant le début du concert que Phil Campbell se serait mis au centre, mais bien au contraire. Le chanteur communique rapidement avec le public. Dès la deuxième chanson, il nous souhaite la bienvenue dans le « Freak Show », en référence à leur chanson Freak Show.

Les musiciens sont tous très souriants, ils communiquent facilement cette joie au public. La salle est assez sage malgré une musique très rock. Aux premières notes de la troisième chanson, l’excitation de la salle se fait ressentir, aucun doute, c’est un morceau de Motörhead : Rock Out. La majorité du public est venue pour voir  un bout de Motörhead en quelque sorte. En effet, ils connaissent parfaitement les reprises du groupe mythique, mais peu ,voire pas du tout, les compositions des projets personnels de Phil Campbell. Pendant plus d’une heure, le groupe alterne entre des titres de Phil Cambpell and the Bastard Sons, des reprises de Motörhead et des exclusivités de l’album solo de Phil Campbell. Nous avons droit à Born to Raise Hell, R.A.M.O.N.E.S., et le classique Ace of Spades. Au milieu du concert, ils nous offrent un petit moment d’accalmie avec Dark Days. Ce morceau nous plonge dans un road trip en moto au milieu des grands parcs de l’Ouest américain.

Malgré les reprises de Motörhead et les efforts de Neil Starr pour faire bouger le public, les pogos ne prennent pas et la salle reste très calme. La foule semble plutôt être présente pour apprécier la musique et les riffs de guitare incroyables de Phil Campbell. C’est également avec ce genre de musique que nous pouvons vraiment apprécier la qualité du son de la Rock School. Nous remarquons également qu’aucun téléphone n’est porté au-dessus des têtes pour prendre des photos ou des vidéos. Vers 22h30, ils sortent de scène quelques minutes. Le public crie « one more song », ils reviennent pour trois chansons, en finissant par Killed By Death de Motörhead. Le concert aura duré un peu moins de 1h30.

Ainsi, le mot qui décrit le mieux ce concert est sans aucun doute l’humilité. La première partie nous a étonnés par ses morceaux travaillés, dynamiques et qualitatifs. Puis, le groupe de Phil Campbell nous a surpris par leur attitude sur scène. En effet, le guitariste est resté en retrait par rapport aux quatre autres musiciens. Nous n’avons pas assisté à la prestation d’une rock star, mais bien à un concert de Phil Campbell accompagné de ses trois fils, sans aucune sorte de hiérarchie entre eux. Phil Campbell a déjà eu son moment de gloire avec Motörhead et laisse à présent la place à ses fils. Nous sommes tous conscients que le nom de l’artiste et sa célébrité, ainsi que leurs reprises de Motörhead, les aident à remplir les salles, mais le concert va bien au-delà de cela. Nous pouvons sentir que chaque membre du groupe a un profond respect pour Phil Campbell et sa musique. Aucun n’est mis en avant, ni ne joue la rock star. Ils sont tout simplement heureux d’être sur scène et de jouer pour nous des morceaux sur lesquels ils s’amusent.

Nous tenons à remercier la Rock School Barbey pour ce concert unique auquel nous avons pu assister : avoir la chance de voir un concert de rock comme on les aime tant, avec des artistes mythiques et talentueux.

 

Enjoy & Stay Tuned.

 

Maïlys Moulin