Start It

Chronik Rap 2 Cover

Chronik Rap #2 : L’influence du rap sur la musique

Dans cette chronique, nous tenterons d’approcher un sentiment qui pénètre de plus en plus les auditeurs depuis le début des années 2000. Depuis que le rap vampirise la scène musicale aux Etats-Unis et en France, celui-ci déborde pour toucher d’autres styles de musique. Mêlé à d’autres styles pour un résultat parfois décevant, il semble que le rap ait aussi une influence plus diffuse que ce soit dans les productions musicales, dans le ton, et même parfois dans les références employées.

Dans cet article, nous parlons d’urbanisation dans le sens où le rap est désormais le genre musical dominant aujourd’hui dans le monde. Nous verrons aussi ce mot dans le sens où celui-ci a influencé les autres genres, que ce soit dans la conception de la musique, dans de simples featurings entre artistes ou encore dans la création de nouveaux genres.

Les années 2000-2010 : Le début de la conquête du rap

Après des années houleuses où le rap a été vu comme un genre musical violent dans la seconde moitié des années 90, celui-ci entame une évolution qui marqua le paysage musical des années 2000. En effet, durant les années 2000, le rap se veut plus cool, plus hédoniste. Ce qui n’échappe pas aux autres artistes venus de différents styles musicaux afin de pouvoir apporter une touche plus Hip-Hop à leurs albums. Ces collaborations se font à travers un single, comme avec le RnB par exemple qui est resté très lié au rap durant la fin des années 90-début 2000. Les collaborations entre ces 2 styles avaient commencé dans les années 90 pour finalement exploser dans les années 2000. Qui ne se rappelle pas des tubes comme ceux de Nelly et Kelly Rowland sur “Dilemma” ou encore Ja Rule et Ashanti sur “Always On Time”. 

Hors RnB, de grands noms de la musique se sont aussi tournés vers le Rap comme Michael Jackson qui a dévoilé des featurings avec Notorious BIG et qui a placé le titre “Unbreakable” sur son album “Invincible” ou encore Mariah Carey qui a plusieurs fois fait appel à des rappeurs comme Jay-Z, Snoop Dogg ou encore Twista. Cela a permis au rap d’avoir une image plus positive et qui a contribué à son explosion. Le Rock s’est lui aussi tourné vers le Rap. On se rappelle par exemple de la collaboration de Jay-Z et du groupe Linkin Park sur l’album “Collision Course” dans le cadre d’un mash-up. Cet album a été la représentation du mariage de ces deux genres, on retrouve le flow de Jay-Z sur des instrus rock tout comme Mike Shinoda, le chanteur du groupe, qui rap et chante sur des morceaux Rap.

De nombreux rappeurs américains – Snoop Dogg et Nate Dogg en tête – propose de la G-Funk. Ce courant qui propose des instrumentaux aux samples de funk propage aussi une énergie et un esprit positif sur la scène rap. Mais ce fut surtout l’arrivée dans le game d’une nouvelle génération de rappeurs qui ont grandement impacté le Hip-Hop, et qui sont encore aujourd’hui des sources d’inspiration et des références pour certains, qui va attirer le regard du monde de la musique vers le rap. 50 Cent, Kanye West, Lil Wayne et d’autres ont sacralisé l’image du rappeur en imposant le mouvement rap. Ces artistes ont aussi remporté divers récompenses confirmant la montée du rap à la place de premier genre musical mondial.

Le début des années 2000 a aussi vu le développement d’un Hip-Hop alternatif mélangeant les genres. Il ne tient plus entre les barrières érigées par le modèle classique du Rap. Désormais, le Hip-Hop mélange Funk, Rock, Electro ou encore Jazz. Ces genres se sont eux aussi inspiré du Rap en incorporant des éléments du Rap comme certains éléments rythmiques par exemple , ou encore certains sons Rap apportant des sonorités Techno. Ce qui a permis au Rap de gagner de nouveaux adeptes, chacun peut trouver de quoi écouter en fonction de ses goûts.

De 2010 à nos jours : La confirmation du Rap en tant que genre dominant

De 2010 à nos jours, l’ascension du Rap s’est accélérée pour devenir le genre musical le plus écouté. Dans une ère où la musique est grandement écoutée en masse, notamment grâce aux plateformes de streaming, le Rap n’a pas perdu en vitesse, bien au contraire. Dans le monde, on retrouve plusieurs titres Rap dans les classements des titres les plus écoutés et plusieurs rappeurs parmi les classements des artistes les plus écoutés sur les plateformes de streaming. Par exemple, Drake est l’artiste le plus écouté sur Spotify avec plus de 8 milliards d’écoutes en 2018, avec 42 millions d’auditeurs mensuels. Même constat en France, en 2017, le Rap est devenu le genre musical dominant avec 86 albums Rap parmi les 200 albums les plus écoutés. Plus récemment, pour le premier semestre de 2019 en France, parmi les 10 titres les plus streamés, 6 proviennent de la scène rap avec PNL avec « Au DD » ou encore Ninho avec « Goutte d’eau » pour ne citer qu’eux.

L’influence du Rap s’est également accrue sur les autres genres. Les artistes se tournent plus vers les rappeurs pour collaborer sur un titre. Avec l’émergence de nouveaux rappeurs qui diversifient encore plus le genre Rap mais aussi avec des producteurs issus du milieu Rap, qui se sont fait un nom dans l’univers Rap, qui sont appelés pour apporter une touche Hip-Hop dans un album. Katy Perry, Lana Del Rey ou encore Ariana Grande sont quelques exemples d’artistes n’ayant pas hésité à collaborer avec des rappeurs. Le rap est désormais un genre demandé et reconnu. De plus, les rappeurs se tournent eux aussi de plus en plus vers des artistes issus de genres différents du leur. On peut prendre l’exemple des artistes venus de la scène Afropop comme Wizkid et Davido, de la scène Reggaeton avec Anitta ou encore J Balvin

Le Rap est composé d’une variété de sous-genre qui permet à chacun de trouver de quoi écouter. La Trap n’est pas le seul courant même si celui-ci est dominant aujourd’hui. Le Grime, qui s’est développé au sein de la scène anglaise, fait de plus en plus parler de lui avec des artistes comme Skepta, Wiley ou encore Ghetts. La Drill, popularisée par Chief Keef, Lil Durk et les autres rappeurs de la scène de Chicago est toujours présente aujourd’hui. Même au niveau des textes, ceux qui veulent un texte plein de sens vont se tourner vers des lyricists comme J.Cole, Eminem ou Kendrick Lamar, ceux qui veulent un texte plus émotif iront plus écouter XXXTentacion, Trippie Redd ou encore Juice WRLD. Cela n’est qu’une partie de l’immense diversité qui compose le Rap aujourd’hui. Le rap est aujourd’hui si diverse que certains artistes se situent à la frontière du rap et d’un autre style. En France, on peut retrouver des artistes comme Lomepal où bien Lord Esperanza qui se situent souvent à la frontière du rap et de la variété française. Certains rappeurs comme SCH se prêtent aussi au jeu dans certains des sons comme “Fusil“et “La Nuit”. Et que dire de Soolking et de Benab qui proposent des mélodies proche de celle du raï ? Le Rap en tant que tel a aujourd’hui éclaté dans une infinité de sous-genre. Le public aujourd’hui se rattache le plus souvent à l’image  et au discours de l’artiste pour l’associer ou non au rap moins à sa musique en elle-même. 

Le Rap a bien évolué depuis ses débuts. Il est toujours en évolution, les acteurs de cette évolution laissent libre cours à leur inspiration. Que ce soit d’anciens rappeurs, dont certains décident de se relancer aujourd’hui, les rappeurs actuels ou encore les nouveaux, tout le monde contribue et a contribué à l’ascension du Rap au sommet et il est clair que le genre n’a pas fini de nous surprendre et de nous émerveiller et ce, pour le bien de nos oreilles. Au fond, cette variété présente dans le rap n’était-elle pas prévisible ? Après tout, “Rap” signifie “Rhythm and Poetry”, une définition si simple et si ouverte soutenait déjà en creux la capacité du rap à s’inspirer de tous les genres musicaux.

Enjoy & Stay Tuned.

Simon Godiveau & Niran Kapela

partager

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest
Share on print
Share on email
Vous aimerez aussi
Les artistes chantent l’égalité face au COVID-19
Le reggaeton à la conquête del mundo
Akon City, la ville à 6 milliards de dollars sera prête en 2030.