Start It

LR the machin

The Geek x VRV : un show spectaculaire

A notre arrivée sur les lieux nous sommes surprises par deux choses. La première est que nous sommes les premières sur place, la seconde c’est le décor incroyable qui nous entoure. Nous voilà donc seules au milieu de ces lumières fantaisistes, de sièges de velours et de bandes argentées tombant du plafond avec légèreté, le tout à l’iBoat.

Perdues dans cet univers merveilleux on attend la première partie Yoüg qui arriva peu de temps après. Le beatmaker bordelais est accompagné ce soir-là de Thomas Anton qui vient chanter avec un style trap/hip-hop sur des prods dynamiques à l’ancienne. Malgré le peu de personnes présentes pour assister à cette première partie, les deux artistes ne se démontent pas et donnent un show très énergique en sautant sur scène et en oubliant pas de dialoguer avec leur public. Si Youg s’est démarqué par son habileté à manier sa musique, nous avons été un petit peu moins charmées par Thomas Anton dont la prestation nous a semblé être peu originale.  En effet, son style s’inscrit tout droit dans la ligne de Naaman par exemple, sans vraiment s’en démarquer. Toutefois, une véritable complicité régnait au sein du duo qui dégageait une vibe très chaleureuse qui se ressentait au niveau de leur public très présent pour les encourager. Les sourires s’affichent sur les têtes du public et les têtes oscillent au gré des paroles débitées par le chanteur et des beats endiablés de Yoüg.  

A la fin de leur set, les deux artistes remercient “chaleureusement” le public, les techniciens sans oublier leurs mamans présentes dans le public. C’était un show si intime et bienveillant que nous a offert le beatmaker que nous avions presque l’impression d’assister au concert d’un de nos potes musiciens tant l’ambiance était conviviale.

Quelques minutes plus tard apparaît le groupe tant attendu The geek x VRV accompagné de Basil au synthé et au saxophone. La foule que l’on pourrait qualifier d’hétéroclyte est super réceptive et se met à danser très vite totalement désinhibée, comme si elle était envoûtée par les beats. Le travail fait sur les lumières est incroyable, en peu de temps nous sommes nous aussi emportées par cette tornade d’hip-hop électro. Le show n’aurait pas été ce qu’il était sans Basil qui nous a tout simplement transcendé avec son synthé et son saxophone. Il était en parfaite cohésion avec The Geek et n’a pas hésité à venir sur le devant de la scène pour nous transmettre toute son énergie laissant alors la foule en délire. The geek x VRV ont quant à eux été fidèles à leur réputation en enchaînant leurs musiques avec une facilité déconcertante. Leur passion pour la musique crevait les yeux, eux aussi étaient comme transportés par la musique qu’ils n’hésitaient donc pas à chanter.

Les fans de la première heure étaient également surpris car un véritable travail a été réalisé afin de remixer leurs morceaux existants pour nous en montrer de nouvelles facettes inattendues. Ce fut notamment le cas au cours de leur performance du morceau Origami qui s’est alors rallongée pour laisser place à des nouveaux moments bien plus dansants avec des beats beaucoup plus rapides et enivrants. Le moins que l’on puisse dire est que nous n’avons pas eu le temps de nous ennuyer tant l’offre musicale était riche: moments hip-hop, rap, jazzy ou encore électro se sont succédés pour le plus grand plaisir de nos oreilles. Leur musique alternait entre des moments calmes où nous nous échauffions pour ensuite danser de plus belle sur la reprise de la musique. En fait, The Geek parvient parfaitement à faire monter la tension tout au long de leurs musiques en construisant leurs sons autour de la répétition de passages électro très dansants séparés par des coupures plus chantantes ou instrumentales. Le rythme et le bpm utilisés rendent irrésistible l’envie de bouger de façon à imiter la cadence de la musique: ce fut particulièrement le cas au cours du très percutant Royale with G’s 2013.  Petit coup de cœur pour leur nouveau son très futurbass Payeng’s Ark 1979 qui a su nous transcender, malgré sa différence avec les autres sons beaucoup plus groovy et hip-hop de leur dernier album. Rares sont les fois où nous avons vu une salle aussi peu bondée où les gens s’ambiançaient autant. On a pu alors constater que le groupe est parvenu à tenir son pari de ne pas décevoir son public ! En jouant à la fois des morceaux de leur dernier album Time machine et d’autres d’albums plus anciens The Geek a su satisfaire à la fois leurs anciens et leurs nouveaux fans.

Le dernier morceau est sans surprise leur ancestral “It’s because” et tout le monde en a profité pour lâcher son meilleur déhanché. Malheureusement, le show s’est terminé dix minutes plus tôt ce qui nous a laissé sur notre faim après avoir passé un moment si exquis. Nous sommes rentrées des étoiles dans les yeux avec l’air du saxophone en tête et l’envie de taper du pied encore quelques heures. Mais toutes les bonnes choses ont une fin, alors nous remercions The geek x VRV, Basil et Yoüg pour cette si belle soirée.

Enjoy & Stay Tuned.

Iris et Agathe

partager

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest
Share on print
Share on email
Vous aimerez aussi
Réussite & mystère autour de QALF (Qui Aime Like Follow), nouvel album de Damso
Mika loves Beirut
Petite histoire de la philosophie avec Freeze Corleone