Start It

Davo 7 bis

Davodka : Transpercer les esprits avec des mots

Ce samedi 15 février, organisé par le label bordelais Banzaï Lab, la salle du grand parc de bordeaux devait recevoir quelques grands noms du rap indépendant français : Davodka, Anton Serra et le beatmaker Oster Lapwass. 

Malheureusement, dans l’après-midi nous avons appris que Anton Serra ne serait pas présent pour le concert. Coup dur pour ses fans venus assister au show, d’autant plus que c’est la deuxième fois que le rappeur pose un lapin à la dernière minute à son public bordelais. 

Qu’à cela ne tienne ! Le concert aura bien lieu et Serra sera remplacé par deux membres de son crew l’Animalerie, Nedelko et Cheeko toujours accompagnés cette fois d’Oster Lapwass

20h : Ouverture des portes, le public rentre calmement dans la salle et on peut même entendre quelques remarques sur l’absence d’Anton. Le temps de se prendre une bière et du scratch retentit déjà dans la pièce. C’est VeX qui tâte déjà ses platines vinyles et qui nous met dans l’ambiance dès les premières minutes. On peut entendre certains classiques du rap comme NTM ou IAM mais aussi des artistes qui ont sûrement inspirés les rappeurs présents ce soir comme la Scred Connexion, Lino, Fabe, Dooz Kawa, Hugo Tsr et bien d’autres. Petit à petit, la salle se remplit et les têtes se balancent sur le beat.

21h : Oster Lapwass et Nedelko montent sur scène et s’installent. Nedelko, 23 ans, originaire de la région parisienne se présente et introduit Lapwass, un lyonnais qu’on ne présente plus. Oster lance son premier beat et Nedelko commence à rapper. Le MC n’est pas tout à fait au point au début du concert pour remplacer Serra, quelques offbeats, trous de mémoires, problèmes avec les retours voix mais rien de bien méchant. Le concert débute vraiment. 

Le rappeur nous berce doucement avec DolomitiJ’sens qu’ca vie, j’sens qu’on meurt, j’sens le rythme dans ton cœur”.

Quelques minutes plus tard, Cheeko fait son entrée et accompagne Nedelko et Lapwass. On comprend tout de suite que les trois artistes se connaissent bien et ont l’habitude de travailler ensemble. Le choix de certaines prods se font au feeling, l’impro prend une place importante dans le show grâce notamment aux compétences incroyables de Cheeko en la matière, qui détruit tout sur scène. Il commence par demander des mots au public, il invite même une jeune fille à monter sur scène pour être sa “pom pom girl” pendant sa prestation. Le rappeur note sept mots (comme par exemple régime, crevette, regrets, encéphalopathie) et commence son impro sur le beat d’Oster. Le public s’anime “10 que j’rap jamais eu aucun regret ! ”. La jeune “pom pom girl” fera même une déclaration sur scène à son compagnon en ce lendemain de Saint valentin.

La foule est en feu après ce freestyle des plus réussi et lui en réclame un autre sur son histoire .Cheeko nous parle alors de sa vie dans le 94, de sa rencontre avec Lapwass et Roméo (Nedelko), de ses premiers Open Mic et de la découverte de Phase Cachée.

On notera l’influence des différents beats entendus pendant cette première partie de concert. Du Boom Bap classique en passant par la Trap et l’Électro, il y en avait vraiment pour tous les goûts. 

Les trois artistes finissent sur un triomphe et pour ceux qui ne connaissaient pas Cheeko, on est sûrs de s’en souvenir après sa performance haute en couleur à l’image de son pull !

22h : Entracte. Toilette, Bières, clopes tout le monde en profite pour aller se rafraîchir un peu et discuter des différentes prestations qui ont eu lieu. Mais pas le temps de flâner, un kick et une basse retentissent au loin, les têtes se tournent et la foule accourt de nouveau dans la salle. C’est Davodka.

22h30 : Devant son micro, Davodka attend son public avec ses deux acolytes Nico et Hidan et son DJ officiel Saligo, quadruple champion de france de scratch. 

On sent très vite que l’artiste était particulièrement attendu. Tout le monde saute dès le premier son : Dernière Sommation. Au deuxième titre Accusé de réflexion issu de l’album du même nom le public change de comportement, l’ambiance devient encore plus électrique. Le concert se poursuit, les bras se lèvent et les majeurs aussi quand retentit dans la salle une sirène de police pour accueillir 24H le son du dernière album de Davodka, A juste titre. Tout le public reprend les paroles du refrain “Jeune, con et insolent !

Le rappeur nous régale avec ses anciens sons tout droit sortis de La Mise au Poing et demande au public de s’impliquer “Quand je dis “Le vers” vous dites tous “de trop!””. Le public scande alors le titre d’un de ses sons mémorables Le vers 2 trop

Il continue à remonter le temps et fait s’accroupir toute la foule pour débuter en fracas L’Ouragan quand tout le monde se relève: “J’débarque juste en coup d’vent sur ce p’tit air ça donne un ouragan”. La foule est en feu.

23h : C’est sous les notes d’une instru douce, entre piano et violon, que l’on reconnaît Addiction, pour notre plus grand plaisir. Le public se balance doucement et accompagne l’artiste.

Il enchaîne avec Tour de Contrôle, un son bien plus énergique! La foule reprend le refrain “Tour de contrôle, Tour de Contrôle, Tour de Contrôle, on est hors de contrôle!” Le débit de parole impressionnant de l’artiste nous laisse sans voix!

Il essaie de faire participer son public en découper une partie de La Mise A Flow et en la répétant plus lentement, mais personne ne peut suivre la cadence.

Davodka aime son public et ça se voit, il a envie de les faire participer entre chaque titre. Il demande d’éteindre la lumière de la salle et sortir les briquets, le flash, balance de l’eau,  il lance un pogo ou demande à tout le monde de s’accroupir pour sauter quand le son explose. Bref, une grande générosité de la part du public et de l’artiste. 

Après plusieurs rappels, il finit par le titre La Mise en Poing a cappella, mettant tout le monde d’accord.

L’artiste termine sa prestation en remerciant son public et en disant que c’est grâce à ceux qui l’écoutent qu’il peut jouer son album dans des salles de concert et non dans des bars. Des mots touchants qui rendent cette référence du rap conscient, plus palpable et plus humaine.

En résumé, une soirée bien représentative du rap indépendant d’aujourd’hui, entre la légèreté de l’Animalerie et le rap brut de Davodka.

Enjoy & Stay Tuned

Martin & Emilie

partager

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest
Share on print
Share on email
Vous aimerez aussi
Netflix va adapter Rhythm + Flow en France
On en sait un peu plus concernant le programme de Kanye West aux présidentielles américaines
Retour sur les BBMA 2020