Start It

Miel de Montagne 0

Miel de montagne, un voyage au septième ciel

Ce mercredi 19 février avait lieu à la Rock School Barbey le concert de Miel de Montagne accompagné en première partie de l’insolite INSOMNI CLUB.

Nous arrivons pendant la première partie d’INSOMNI CLUB, artiste que nous ne connaissions absolument pas. La salle est déjà très bien remplie et les gens semblent prendre un plaisir fou à écouter sa musique. Seul sur scène, le chanteur/ musicien occupe bien l’espace en sautillant partout et en se laissant aller à des pas de danse extravagants et originaux. Le personnage se veut tout à fait sympathique, orné de sa crinière à la Michel Berger, il n’hésite pas à dialoguer avec son public afin de l’inviter à être moins timide. Sa musique est pour le moins originale bien qu’elle fasse très années 80/90 en raison du synthé et du melodica utilisés. Tout à coup, on passe d’une musique de type Indochine à du reggae: c’est la surprise générale, on entre volontiers dans cette reprise farfelue. Puis, INSOMNI CLUB reprend sa musique onirique après avoir chauffé tel un forain la salle à l’aide de son micro. Il nous fait alors directement penser à Salut c’est cool puisqu’il se laisse totalement aller à sa folie en bougeant dans tous les sens et en oscillant entre les graves et les aigus.

L’ambiance est électrique et très conviviale. L’artiste nous lâche un “Il tabasse le système son” pendant que des beats endiablés enivrent les spectateurs conquis. Il nous invite alors à creuser un trou en tapant du pied et à nous rejoindre au bout des trous creusés. C’est un artiste complet, il chante, il joue seul les instruments de musique et il danse avec une énergie redoutable. On pourrait même dire qu’il slame à la manière de Chagrin d’amour dans Chacun fait (c’qui lui plait). Ce concert tourne en pièce de théâtre quand l’artiste se met en scène au téléphone tout en jouant du clavecin de manière à ce que sa voix se superpose de manière originale sur la musique.

Pour finir, on peut dire que nous avons profondément été séduites par INSOMNI CLUB et qu’il a réussi son pari de nous emmener, le temps d’un concert, dans un univers totalement déjanté et saisissant. A la vue de l’acclamation qu’il suscita à son départ, nous n’avons pas été les seules à adorer sa performance.

Après une courte pause, arrive Miel de Montagne avec en première chanson son tube Pour rien au monde composé d’un excellent solo de guitare électrique qui annonce de suite la couleur du concert. C’est la première fois qu’il joue accompagné des musiciens présents sur scène. Cette scène lui est familière car c’est celle ou il a joué pour la première fois avec INSOMNI CLUB. On s’aperçoit que l’artiste possède une solide communauté de fans qui connaissent ses chansons par coeur et qui n’hésitent pas à crier les paroles quand les premières notes d’une chanson retentissent. Ce fut notamment le cas lors de la performance de L’amour qui excita les foules au plus haut point. L’artiste réussit à faire se juxtaposer des moments calmes de slows et d’autres bien plus dynamiques où tout le monde saute partout.

Sa voix fragile et enveloppante nous plonge dans un univers de délice et de douceur. L’instru, quant à elle, est spatiale et hypnotique avec par certains moments des airs de Pink Floyd dans les solos de guitare. Les chansons sont beaucoup plus groovy en live que dans nos écouteurs. Le morceau J’y peux rien parvient crescendo à faire monter la température dans la salle jusqu’à une explosion finale instrumentale où tous les musiciens sur scène se retrouvent en symbiose.

Malgré certaines personnes manifestement alcoolisées et très bruyantes, Miel de Montagne parvient à faire le silence dans la salle et nous parle en chuchotant. La foule se tait, attentive. C’est là que retentissent les premières notes du morceau tant attendu Pourquoi pas où le public s’extirpe directement de son silence afin de s’enflammer sur la musique. Tout le monde danse et crie les paroles de la chanson.

On se rappellera effectivement de l’insolite Maxime, un jeune homme présent au concert et quelque peu éméché se faisant porter par le public pour arriver jusqu’au devant de la scène. Se joue alors un moment de complicité entre le chanteur et le spectateur qui fredonnent les paroles de Pourquoi pas. Le jeune homme est très à l’aise sur scène et ne semble pas vouloir partir malgré les rires gênés du chanteur.

Puis, vient malheureusement la dernière musique qui s’avère être Permis B qui réussi à se faire dandiner tout le public! La foule est chauffée plus que jamais pour cette dernière chanson, à tel point que les musiciens partent sous des acclamations stridentes. Pour notre plus grand bonheur, Miel de Montagne revient sur scène afin de jouer son dernier single sorti fin janvier Relax le plexus.

Le public sort de la salle conquis et il nous vient alors l’idée de demander aux spectateurs un mot pour décrire le concert qu’ils viennent de vivre. Si la majorité a répondu “étonnant”, “dynamique” ou “survolté”, nous avons réussi à avoir quelques réponses surprenantes comme “miel de campagne” ou “public très bordelais bobo”. Ces réponses décalées ne nous ont pas surprises au regard du concert délirant que nous venions de voir.

Enjoy & Stay Tuned.

Agathe et Lisa

partager

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest
Share on print
Share on email
Vous aimerez aussi
Le monde de la musique s’est lui aussi engagé dans le Black Out Tuesday
L’influence que le COVID-19 a eue sur l’industrie musicale.
Et voilà Def Jam Africa