Start It

88353758_3284777504866066_4203210847343869952_n

Francesco Del Garda : la pointe de la Deep House

Samedi 22 février, la cale de l’Iboat accueillait Francesco Del Garda. Passionné de musique électronique depuis ses 16 ans, l’artiste dont chacune des sorties en club sont attendues et scrutées par les amateurs de musiques électroniques en tout genre est un des rares artistes capables de rassembler à la fois les amateurs de house, de techno et de minimal dans une même salle. Ce qui fait sa force c’est sa technique derrière les platines, ces sélections pointues et ces productions qui sont unanimement reconnues par le public et par ces pairs Dj. Pour l’accompagner tout au long de cette soirée Lacheech s’occupait du warm up et Mourtouf du closing.

C’est en cette belle soirée du mois de février que nous nous dirigeons vers l’Iboat pour voir Don Francesco Del Garda. Une fois sur place nous allons directement dans la cale du bateau pour prendre le pouls de la soirée. Lacheech est en train de terminer son set de warn up et c’est une réussite: les danseurs se bousculent déjà sur la piste et le public emporté par son élan profite du moment sans spécialement attendre la star de la soirée. Après quelques minutes à observer l’ambiance de la cale nous remontons fumer un cigarette avant le set de la vedette de la soirée.

Quand nous redescendons Francesco est aux manettes et commence son set. D’abord, il choisit de nous emmener sur de la Deep House. Kick clair et rafraichissant, mélodie minimalistes et lignes de basses groovy étaient au rendez-vous. Pour autant, à aucun moment les tracks que Francesco Del Garda n’ont tendues vers des samples de lignes de basses de disco qui sont pourtant largement revenues aujourd’hui et que l’on retrouve de plus en plus dans les productions. Fidèle à sa musique, il a préféré proposer des tracks de « pure » Deep House. Ce début n’a pas déplu aux personnes présentes dans la salle qui se sont instantanément déhanchées sur le son. D’autant plus que pour une fois, la cale de l’Iboat ne semblait pas outrageusement bondée ce qui permettait à tout le monde de danser sans être immédiatement bousculé et de respirer correctement sans transpirer jusqu’à la dernière goutte. Même si cela peut sembler anecdotique cette qualité de vie a grandement participé au bon déroulement de cette soirée et le public particulièrement agréable en a été le principal artisan. En ce qui concerne les tracks que Francesco Del Garda a proposé, il a brassé différentes variétés de House : de la Deep House, de l’Acid House, de la Ghetto House voire même par moment quelques instrumentaux plus funk. Pour accompagner la musique, un soin particulier a semble-t-il été apporté à la lumière. En effet, les différents moments du set s’accordaient à un certain code couleur: différentes teintes de bleu pour la Deep house, du rouge pour l’Acid et du violet pour la Ghetto et certains moment plus funky. Vos humbles serviteurs qui écrivent ces lignes ont apprécié ce travail sur la lumière tout au long du set qui a donné l’impression d’effectuer un voyage sonore avec l’artiste. Quelque part, Francesco Del Garda a composé une symphonie en live puisqu’il mixait tout le temps plusieurs tracks en même temps. Ainsi, on a pu entendre certaines notes de Funkytown de Lipps Inc sur un instrumental Deep. Plus le set avançait, plus il nous entrainait vers des mélodies pointues. Nous avons ainsi eu le loisir de reconnaitre son classique 111 ainsi que d’autres tracks Deep telles que The Unofficial Chords Of Planet Ee de Gnork ou Fashion de Ohmme. Ensuite, Francesco Del Garda est allé chercher des tracks plus acidulées ce qui a donné une touche très dansante et agréable à son set ainsi que des tracks de Ghetto House dont les pistes de percussions se rapprochaient de la jungle. Même si nous n’étions pas venus écouter ce genre de sonorités, nous devons bien admettre que la maestria avec laquelle il a mixé était impressionnante. Pour refermer son set, Francesco Del Garda a opté pour quelques notes de disco avec  Freak N Freeze qui était bien évidemment accompagné de kicks bien sentis.

Le closing était entre les mains Mourtouf qui a suivi les traces du maître pour continuer dans la droite lignée de ce qui était proposé avant. Il a habilement rebondi sur la vibe de Francesco Del Garda pour nous proposé lui aussi sa collection de tracks de Deep House au début pour aller vers d’autres genre ensuite.

En résumé, cette soirée à l’Iboat était une ode à la musique électronique et tous les participants que ce soit l’organisation, les Dj ou le publics ont joué le jeu. Une soirée très plaisante en somme !!!

Enjoy & Stay Tuned.

Simon

partager

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest
Share on print
Share on email
Vous aimerez aussi
Le monde de la musique s’est lui aussi engagé dans le Black Out Tuesday
L’influence que le COVID-19 a eue sur l’industrie musicale.
Et voilà Def Jam Africa