Start It

joffrey_wingrove_jack_ollins_15-4650177

Les Festivals, d’hier à aujourd’hui …

Un festival est une manifestation culturelle (musique, photographie, humour et j’en passe). Il est souvent prévu un an avant le début de l’évènement. Ces manifestations ont su se faire une place en tant qu’événement majeur promouvant le monde de l’art et de la culture.

Mais quand les festivals ont-ils vu le jour ?

Les premiers essais de ces événements ont eu lieu dans les années 1830-40 lors des rassemblements de choristes en Angleterre, le Festival Beethoven Bonn qui a eu lieu en 1845 (et qui continue à avoir lieu), le festival de Beyrouth en 1876 et celui de Salzbourg en 1920 vont marquer les débuts des événements rassemblant les mélomanes venus de toute l’Europe.

Les cinéphiles ont été ravis de voir que le fameux festival de Cannes en 1946 et celui de Berlin en 1951 sont devenus des événements majeurs pour tous les artistes que ce soit acteur ou réalisateur. Et comment ne pas aborder l’inimitable Woodstock (1969) qui a considérablement marqué la génération hippie ainsi que la musique pop.

Voici une petite liste non-exhaustive des différents festivals qui ont été à l’origine de tous les événements que nous pouvons voir aujourd’hui et qui ont influencés toutes autres formes d’Art par la suite.

Aujourd’hui, ils se sont diversifiés, multipliés, implantés dans le monde entier et ont su s’imposer comme des manifestations culturelles importantes. En effet, les styles musicaux ont évolué de mêmes que les attentes du public, ainsi les organisateurs ont donc dû adapter leurs offres.  

Maintenant, vous pouvez assister à des festivals de tout type musical, que ce soit rap, rock, techno, reggae et bien d’autres encore. Ils se déroulent au bord de la mer comme Calvi On The Rock ou le fameux Sonus Festival sur l’île de Pag, ou bien en pleine montagne comme TomorrowLand (malheureusement annulé à cause du Coronavirus) ou les Francopholies qui se sont délocalisés pour faire profiter les montagnards ou les skieurs venus du monde entier, également dans des châteaux comme le festival Château Perché dans le château d’Avrilly. Et ce n’est pas pour déplaire à certain mais, malheureusement, ce n’est pas de l’avis de tout le monde.

En 2019, selon une étude menée par TousLesFestivals, 1 Français sur 9 qui aurait participé à un festival, ce qui correspond à 12% de la population française. C’est un chiffre qui parle de lui-même car ils estiment également, que sur les 100 festivals les plus visités chaque année en France, il y a eu approximativement 7,5 millions de festivaliers. Il y a eu une augmentation de 5% de la fréquentation de ces événements par rapport à 2018 et on en revient à ce qu’on disait plus haut: les organisateurs ont su d’adapter pour plaire au plus de monde possible et ça marche !

Une certaine euphorie a su se créer au fur et à mesure du temps. Qui ne rêvait pas de voir plusieurs de ses artistes préférés au même endroit, de faire la fête (ou juste de profiter du festival) pendant plusieurs jours avec ses amis. C’est sur ces points-là que les organisateurs ont mis le paquet dans leurs événements: rassembler les gens autour d’une passion commune pendant plusieurs jours. Et cet optimisme autour des festivals ne fait qu’augmenter. Comme vu précédemment, il y a chaque année une augmentation du pourcentage de leur fréquentation, ce qui est aussi proportionnel avec le nombre de festivals dans le monde.

Mais ce nombre considérable de festivals ne plaît pas forcément à tous.

Il va y avoir plusieurs points qui vont faire que certains ne sont pas très contents de cette concurrence qui s’intensifie. Tout d’abord, les organisateurs eux-mêmes. En effet, plus il y a de festivals, plus il y a de concurrence. Cette concurrence va faire que les artistes vont recevoir un certain nombre de demandes pour pouvoir les programmer et, généralement, ils prendront l’offre avec le cachet le plus élevé. Tout cela va alors augmenter considérablement les dépenses des festivals en partant de quelques milliers d’euros pour certains artistes et pouvant atteindre des chiffres à six 0 pour des stars internationales.

Au-delà de l’aspect financier, il y a le côté organisationnel de ces événements. Les organisateurs doivent toujours innover, inventer, créer, avoir de nouvelles idées pour attirer le plus de festivaliers chez eux car, à part la programmation, ils peuvent parfois se ressembler sur certains points puisque plus le nombre de festivals augmentera, plus il sera difficile de se différencier. Les organisateurs vont essayer de se démarquer des autres à travers des « extras » autres que la programmation en elle-même. Cela peut être au niveau culinaire en faisant venir des traiteurs ou restaurateurs ayant une culture de la cuisine venant des 4 coins du monde, en faisant intervenir des associations présentes pour sensibiliser sur différents sujets, des activités comme des châteaux gonflables, les lieux eux-mêmes etc… Il y a donc une multitude de moyens pour se diversifier mais cela reste tout de même compliqué de faire ce que le voisin ne fait pas déjà.

Il y aussi les locaux, dans plusieurs documentaires, nous avons pu voir et entendre le mécontentement des habitants proches des festivals. Le bruit, les gens qui ne vont pas respecter les lieux environnant l’événement, plusieurs facteurs qui donnent aux riverains des raisons de détester les festivaliers mais aussi les organisateurs accusés de ne pas mettre assez de moyens pour la protection et le bien-être des habitants. Certains festivals ont développé un système de places offertes pour les familles vivant proche du festival. C’est Dour qui a eu cette idée pour les personnes nées avant le 1er janvier 1983. Ils ont un espace privilégié et où l’accès est totalement pris en charge par le festival. C’est peut-être un peu frustrant pour ceux nés après mais c’est un premier pas pour la bonne entente entre les deux parties et par ailleurs de faire découvrir l’univers du festival en lui-même.  

Enjoy & Stay Tuned

Louis Drujon

partager

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest
Share on print
Share on email
Vous aimerez aussi
Le monde de la musique s’est lui aussi engagé dans le Black Out Tuesday
L’influence que le COVID-19 a eue sur l’industrie musicale.
Et voilà Def Jam Africa