Start It

r

Le R&B n’est pas mort (et ne l’a jamais été)

« Le RnB est mort » d’après certains pour qui, jamais plus il n’atteindra la popularité qu’il avait durant les années 1990 et surtout au début des années 2000. Pour d’autres, le R&B a perdu l’essence même qui le rendait aussi passionnant pendant cette même période. Mais il ne faut pas oublier que la musique, que ce soit pour le R&B, mais aussi pour les autres genres, a évolué avec son époque. Pourtant, aujourd’hui le R&B est plus diversifié qu’auparavant et celui-ci ne cesse d’étendre ses sonorités. Le R&B « renaît » discrètement, attendant son retour au sommet.

Les années 2010, une période de changements

Le début des années 2010 semble être la période qui aurait provoqué la mort du R&B pour certains. On y retrouve des sonorités différentes de celles que l’on retrouvait auparavant. En effet, le genre s’est ouvert à de nouvelles expériences, en empruntant aux autres genres, mais aussi, et surtout, en se rapprochant de la Pop qui était au top à ce moment-là. Les artistes ont bien évidemment participé à cela. Usher, Chris Brown, Rihanna, et d’autres se sont tous essayés à cet R&B à tendance Pop. Ce qui a perdu des fans qui ont vu le genre se perdre en empruntant un chemin qui n’était pas pour lui. Ce virage Pop a créé une brèche à travers laquelle de nombreux artistes se sont engouffrés afin de pouvoir avoir un hit pouvant être passé en boîte, mais aussi, il faut le reconnaître, pour faire plus d’argent.

Toutefois, il faut voir cet effet sous un autre angle. Ce petit passage du côté Pop a permis d’insuffler un nouveau souffle créatif aux artistes. La Pop étant un genre divisée en plein de branches, cela offrait un large choix aux chanteurs et chanteuses R&B pour s’aventurer sur de nouveaux terrains inexplorés afin d’innover. Chris Brown par exemple a vu sa popularité exploser notamment grâce à ce mélange entre Pop, R&B, EDM que l’on trouve sur ses albums F.A.M.E et Fortune. Touchant bien plus de personnes, c’est ce R&B « hybride » qui plaisait désormais. Cette ouverture ne s’est pas arrêtée seulement là puisque les artistes des autres genres ont eux aussi essayé de proposer des titres plus R&B. Côté Rap, comment ne pas citer Drake qui a su jongler entre le côté Rap et le côté R&B pendant toute sa carrière, jusqu’à aujourd’hui encore, on peut voir cette trace dans son album Scorpion. Du côté de la Pop, certains s’y sont essayé aussi comme Justin Bieber qui a voulu se dissocier de l’image Pop.

Serait-ce alors cet engagement des artistes dans ce virage Pop qui aurait fortifié l’idée du « R&B is dead » ? Si on regarde encore plus attentivement, le R&B classique des années 2000 n’a pas vraiment disparu pendant cette période, on retrouve tout de même des titres purement R&B qui ont été cachés parmi la masse de titres R&B/Pop. Ces pépites attendaient seulement d’être découvertes lors de l’écoute d’un album. Ces titres ont eu droit à des prestations vocales impressionnantes, mais aussi à des messages plus profonds que ceux que l’on trouvait dans les morceaux plus Pop. Le R&B n’a pas oublié ses racines, toujours bien ancrées. Toutefois, il faut reconnaître que cet aspect du R&B s’est modernisé en devenant plus urbain. Ce qui a été les prémices du R&B que l’on connaît aujourd’hui, avec des chanteurs et chanteuses qui sont devenus les nouvelles références du genre aujourd’hui.

Un renouveau et un regain d’intérêt pour le R&B

 Durant la seconde moitié des années 2010, le R&B a connu une explosion côté créativité artistique. Le R&B a encore une fois évolué en fonction de la période, la tendance étant à l’urbanisation de la scène musicale, cette fois le terrain était déjà connu. Cette scène urbaine, portée par le Rap a toujours été liée avec le R&B et cela depuis le fameux âge d’or. En effet, les rappeurs n’ont jamais hésité à appeler un artiste R&B pour s’occuper du refrain et inversement, les artistes R&B ont souvent appelé des rappeurs pour poser sur un couplet. Ces collaborations ont fortement augmenté durant les années 2010, mais surtout depuis la seconde moitié de la décennie 2010. Ces 2 genres étaient désormais liés, et cela, encore plus qu’auparavant. Côté sonorités, même constat. Le R&B a emprunté de nombreux aspects du Rap. Par exemple, l’album Trapsoul de Bryson Tiller est bien un album R&B, mais on y trouve des sonorités Rap comme le fameux 808 si cher à la Trap pour ne citer que lui.

Les artistes R&B ne se comptent plus aujourd’hui, qu’ils soient mainstream ou peu connus, tous apportent une part d’originalité et cherchent à se différencier des autres. De plus, ils ne veulent plus seulement être limités seulement à l’étiquette « Artiste R&B ». Certains mixent d’autres genres comme la Dancehall, l’Afro, la Pop, le Rap, … Cela donne accès à un large choix pour tout fan de R&B. Ceux-ci ne sont plus perdus entre le côté R&B d’un côté et les autres genres mélangés à ce dernier. La nouvelle génération est beaucoup composée de jeunes chanteurs et chanteuses qui ont voulu rendre le R&B aussi populaire et riche que durant son âge d’or. Et cela marche, car des artistes comme Ella Mai et Jorja Smith sont désormais reconnues comme étant les fers de lance de ce renouveau du genre. Jorja Smith représente bien ce mélange que proposent les artistes R&B. Elle se situe pile dans la frontière entre le R&B et la Soul, mais peu aussi livrer des sons Pop. Les artistes R&B de la génération précédente, comme Ty Dolla $ign ou encore Jhené Aiko, n’ont pas disparu pour autant, bien au contraire, eux aussi participent activement à ce processus. Il n’y a pas de conflit de générations entre les artistes, les nouveaux artistes R&B savent que c’est grâce à ceux venus avant eux qu’ils sont là aujourd’hui et ils s’inspirent toujours d’eux comme le rappelle Jacquees dès l’introduction du premier titre de son dernier album en parlant des chanteurs R&B venus avant lui « I understand who done came and who done did that / I gotta dedicate this to all the kings before me, all the greats ».

Une dernière question subsiste : le phénomène va-t-il durer ? On peut penser que c’est juste un effet de mode permis grâce à l’urbanisation de la scène musical, que pour l’instant de nouvelles figures apparaissent, mais qu’à un moment, plus personne ne voudra se tourner vers le R&B. Chose bien évidemment possible, la musique est cyclique, un genre reste sur le devant de la scène un moment avant de laisser sa place à un autre. Les artistes d’aujourd’hui cherchent de moins en moins à être définis par un seul genre, qu’ils viennent du R&B ou d’un autre genre d’ailleurs. Cependant, c’est ce qui justement va faire durer le phénomène. Déjà du côté des musiques urbaines, les frontières sont de plus en plus minces. En plus de cela, les chanteurs qui diversifient leur musique gardent tout de même l’empreinte R&B. Ce qui permettra au R&B de toujours continuer à évoluer et de rester en lien avec l’ère dans laquelle il sera.

Le R&B n’a donc rien à envier de son âge d’or, plutôt que de rester bloqué en arrière, il faudrait mieux se tourner vers l’avenir, la musique évolue sans cesse. Ce qui peut ne pas plaire à tout le monde certes, mais cela ne conduit jamais réellement à sa « mort ». Les artistes continuent toujours à faire vivre le R&B, même si ceux-ci laissent libre cours à leur créativité en ne cherchant pas tous à se restreindre uniquement sur le R&B. Laissons le temps au genre de regagner en popularité, car celui-ci a désormais trouvé la voie qu’il lui fallait pour nous émerveiller de nouveau.

Enjoy & Take Care.

Niran Kapela

partager

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest
Share on print
Share on email
Vous aimerez aussi
Les artistes chantent l’égalité face au COVID-19
Le reggaeton à la conquête del mundo
Akon City, la ville à 6 milliards de dollars sera prête en 2030.