Start It

unnamed

#MusicToo : un vent de révolte contre l’oppression masculine souffle dans le monde musical

Après #metoo en 2017 c’est au tour de #MusicToo de prendre place en juillet sur Instagram afin de dénoncer les violences sexistes et sexuelles endurées par les femmes dans la musique. En France, une page Instagram #MusicToo a donc été créée afin de réaliser un appel à témoins à l’aide d’un questionnaire anonyme et accessible à tous jusqu’au 30 septembre. Néanmoins cette date n’est que symbolique puisque comme l’explique l’un des membres du collectif : « le 30 septembre n’est pas une deadline (…) Chacune prendra la parole au moment et de la façon qui lui conviendra”. »

Les membres de ce collectif composé d’avocates anonymes ont alors expliqué leurs motivations dans un court texte : “Certain·e·s d’entre nous ont quitté la filière il y a plusieurs mois ou années, certain·e·s y évoluent encore aujourd’hui. Une filière professionnelle parfois dangereuse, souvent toxique pour les femmes, pour la communauté LGBTQIA + et les personnes racisées sous représentées. Depuis plus d’un an, nous repensons aux témoignages de nos ami·e·s, aux histoires d’agressions sexuelles que tout le monde connaît dans le milieu mais dont personne ne parle. Et nous constatons l’impunité des agresseurs (professionnels à des postes clés, artistes omniprésents dans les médias) qui n’ont aucune raison d’arrêter leurs agissements si personne ne parle. Il est temps que la peur change de camp. 

Ainsi leur but est de “commencer à dessiner des profils et rassembler des plaintes” dans ce monde où 31% des femmes (professionnelles ou artistes) disent avoir été victimes, au moins une fois, de harcèlement sexuel selon une étude de la Cura en 2019 (Collectif pour la Santé des Artistes et des Professionnels de la Musique) et de la Gam (Guilde des Artistes de la Musique).

« Avec #MusicToo, les agresseurs à leur tour ne dorment pas très bien, ça fait bouger les choses, mais il faut aller au-delà, poursuit-elle. Si on s’attaque seulement à quelques cas, c’est comme les têtes d’une hydre, ça va repousser » affirme Emily Gonneau, fondatrice de l’association Change de Disque.

Aucun genre n’est épargné par ce sexisme omnipotent

En effet en mars déjà (bien avant l’affaire de Moha La Squale et de Roméo Elvis), la cantatrice Chloé Briot avait porté plainte contre l’un de ses collègues lors de la production d’un opéra. Grâce aux réseaux sociaux, la parole se libère enfin. Ainsi on assiste aussi à la révélation d’agressions sexuelles plus anciennes. C’est ainsi que Caroline Ledru a réussi à raconter les abus de son professeur de solfège au conservatoire du Mans dans les années 70-80 : « Il nous demandait de venir chanter à côté de lui au piano. Et pendant qu’on chantait, il mettait systématiquement sa main dans notre culotte et nous touchait pendant le temps de la chanson. »

Dans la lignée de #MusicToo, il existe alors d’autres Instagram partageant la même lutte.  Le compte Balance ta Major balance alors directement des témoignages de femmes côtoyant de grandes maisons de disques.

Le compte DIVA, quant à lui, expose la faible représentation des femmes dans le monde de la musique et relaie les témoignages et accusations. On y voit par exemple des chiffres glaçants : les postes de direction dans la musique sont occupés à 28% de femmes, la programmation artistique n’est composée que de 17% de femmes et enfin seulement 7% des employés dans la régie sont des femmes.  Seuls 14 % des postes de direction dans les labels sont occupés par des femmes, selon une étude en 2019 de l’Irma (centre d’information et de ressources pour les musiques actuelles)

Ainsi, dimanche, l’auteure-compositrice-interprète Pomme s’est révoltée contre les hommes ne prenant pas part à cette lutte à travers un post virulent sur son Instagram. Elle n’hésite pas à encourager les femmes qui ont osé prendre la parole, afin de dénoncer ce qu’elles ont vécu. Elles incitent alors les hommes « ne bougeant pas un orteil » à se renseigner sur le féminisme intersectionnel. Voici un petit article sur le sujet pour ceux qui se sentent concernés 😉:  https://lesglorieuses.fr/intersectionnalite/?v=11aedd0e4327

On espère alors que toutes ces initiatives réussiront à faire bouger les choses, pour qu’enfin l’inégalité homme/ femme ne soit plus qu’un mauvais souvenir.

Enjoy & Stay Tuned.

partager

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest
Share on print
Share on email
Vous aimerez aussi
Netflix va adapter Rhythm + Flow en France
On en sait un peu plus concernant le programme de Kanye West aux présidentielles américaines
Retour sur les BBMA 2020