Start It

spotify-pay-for-play-payola-artist-algorithm-promotional-recording-royalty-rate

Spotify, le nouvel algorithme fait débat

Spotify a annoncé le lundi 2 novembre la mise en place d’un nouvel algorithme visant à améliorer la visibilité des artistes. Mais tout service n’est évidemment pas gratuit et la plateforme de streaming va alors récupérer une partie des royalties des créateurs.

Ce nouveau système va se fonder sur les choix des auteurs. En effet, ils auront la possibilité de choisir quel morceau ils souhaitent faire passer en premier dans les recommandations, dans la Radio Spotify (service permettant aux utilisateurs de créer une sélection de titres en fonction d’un artiste ou d’un de ses morceaux). Auparavant, tous ces services étaient automatisés par la plateforme et les auteurs n’avaient alors pas la mainmise sur la sélection de leurs titres au sein des playlists, radios ou autres. Cet algorithme coûtera cependant une partie des royalties des artistes, ayant accepté de participer à ce nouveau fonctionnement.

En revanche, la plateforme gardera un pouvoir de décision. Ainsi, bien qu’ayant été mis en avant par son artiste, lorsque qu’un titre reçoit un trop grand nombre de mauvaises réactions, Spotify pourra retirer le boost qui lui a été accordé.

L’initiative de départ semble donc partir d’une bonne intention mais la manière dont elle a été mise en place laisse à désirer. En effet, cette annonce n’a pas laissé les artistes sans réaction, comme on a pu le voir sur les réseaux sociaux, car ils n’ont pas manqué de faire savoir leur mécontentement. Les mots “abus de pouvoir” sont revenus plusieurs fois sur les réseaux mais ce qui a été le plus marquant, c’est bien la réaction de Trys (membre du groupe Noisa) qui a tweeté à la suite de l’annonce de cette nouvelle fonctionnalité :

” Don’t bite the hand that feeds you. But do consider leaving a toxic relationship if the hand consistently abuses its power over you. Spotify announcing a pay to play scheme is another big “Fuck you, you’re replaceable” from institutions to independent creatives. “

” And sometimes I think maybe there’s truth to it. Maybe there’s so many musicians willing to pay to chase that dream of making money, that institutions would be silly not to charge for the artists to use their platform, rather than pay them for their work.. “

” Spotify would become music McDonald’s. They would have zero incentive to support independent artists, rather they source their product as cheaply as possible. It’s a consentual business transaction. Music lovers would leave the platform and go be poor and special somewhere else. “

Cette nouvelle n’a fait que rejeter de l’huile sur le feu au sujet du débat entre artistes et plateformes. En effet, une pétition a été signée par presque 10 000 artistes. Ces derniers souhaitent une augmentation de leurs royalties ainsi que plus de transparence de la part des plateformes de streaming pour adopter un système de valorisation en fonction du nombre de streams, système déjà existant chez notre ami français Deezer.

Ce n’est pas tout, le syndicat The United Musicians and Allied Workers Unions (UMAW) a décidé de mettre en place une campagne nommée “Justice At Spotify“, afin de pousser l’entreprise suédoise à changer sa façon de gérer le streaming.

umaw_logo sketches_two-color avec transparence@2x.png

Enjoy & Stay Tuned.

partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email
Vous aimerez aussi
Top 5 des compilations de 2022
Jersey Drill : Le nouveau genre favori de l’underground
Le grand retour de Kendrick Lamar