Start It

mathnina

La musique, un miroir de la société actuelle, un support d’histoire pour celle à venir

La musique a, de tous temps, cherché à faire transparaître une actualité, un combat, un sentiment vis-à-vis du monde dans lequel l’artiste et son public, ensemble, se muent. Elle est le reflet d’un monde, à un instant t, cristallisé dans quelques rimes.

A travers cet article nous cherchons à mettre en lumière les différents thèmes abordés et défendus dans la musique. Peu importe le style, que ce soit le rock, la pop, le rap ou bien le jazz, tous ont, un jour, réussi à s’inscrire dans un fait d’actualité, au travers de quelques notes de musique. C’est une façon pour l’artiste de témoigner de son temps, mais aussi parfois de s’engager dans les combats auxquels il prend part.

Quels sont ces combats ? Comment l’artiste s’engage-t-il à travers la musique ? Qu’ont donc ces titres de si particulier ?

Commençons, pourquoi pas, par la politique et l’histoire. L’artiste ne s’exprime généralement pas par le contact physique, il ne fait pas de longs discours. Il est la figure du pacifiste qui transmet ses émotions et son engagement par les paroles, la mélodie sublimant l’ouvrage. Ici, nous nous intéressons au titre « Sunday Bloody Sunday » tiré de l’album War du groupe emblématique irlandais U2.

Sorti en 1983, il est nécessaire de placer l’écriture du titre dans son contexte : alors que des tensions majoritairement religieuses règnent entre protestants et catholiques, une manifestation pacifiste menée en Irlande du Nord, précisément à Derry, a lieu en 1972. Tandis que les forces armées tentent de modifier l’itinéraire prévue de la manifestation, un groupe de jeunes se détache du cortège, et décide de franchir les barricades. Dès lors, la manifestation prend une tournure dramatique, et les affrontements entre jeunes et militaires débouchent sur la mort de 14 hommes, dont 7 âgés de moins de 19 ans, et la blessure par balles de 14 autres personnes, civils y compris.

La violence et le bilan meurtrier de ce dimanche 30 janvier 1972 inspireront plusieurs artistes, parmi lesquels le chanteur John Lennon, le groupe Stiff Little Fingers, et enfin U2. Il s’agissait pour les membres de U2, de s’interroger quant à l’escalade de la violence sur le territoire irlandais, en questionnant la possibilité d’un débouché sur la paix. Clairement, le groupe irlandais s’engage et se positionne dans ce conflit : d’abord, en tant que victime, puisque citoyens irlandais, ensuite en tant que témoin, de la tuerie et du sang qui coule, et enfin en tant qu’acteur, dans un monde où l’artiste peut intervenir et se servir de sa musique comme une tribune reflétant ce qui se passe dans son pays. La musique et les artistes qui en font usage, sont donc triplement impliqués, et ne ferment pas les yeux sur l’état de la société dans laquelle ils évoluent, au contraire ils les ont bel et bien grands ouverts.

Par ailleurs, la question environnementale. On considère qu’il est assez récent pour les artistes d’avoir pris part dans ce domaine. L’environnement est un sujet intégré aux mentalités depuis très peu de temps, on pourrait même dire uniquement depuis le rapport Meadows publié en 1972. Celui-ci abordait pour pratiquement la première fois l’idée d’une croissance limitée par l’existence de ressources naturelles elles-mêmes limitées. Les politiques ont, dès lors, assimilé l’importance de la protection de l’environnement dans la croissance.

Ces derniers temps donc, et notamment via l’outil des réseaux sociaux et l’utilisation des partenariats commerciaux, nombreux sont les artistes à s’engager dans des causes qui leur tiennent à cœur. Ellie Goulding, artiste issue de la pop anglaise, fait partie de cette liste. En plus de montrer son attachement à la cause environnementale en devenant ambassadrice des Nations Unies pour l’environnement en 2017, Ellie Goulding est l’interprète, au côté du chanteur Steven Price, de la bande originale de la série de documentaires Our Planet, disponible sur Netflix, un chef d’œuvre de Silverback et des réalisateurs de Planet Earth. « In this together » est une chanson à la fois inspirante par les paroles, invitant les auditeurs à se questionner sur leur impact environnemental au quotidien, et à la fois une véritable performance artistique, puisque parfaitement exécutée par ses interprètes. A travers le talent de ces deux artistes, une cause considérée comme juste est mise en lumière. La musique est une nouvelle fois au service d’un combat, et est plus que jamais support de transmission de l’urgence environnementale face à laquelle notre monde se trouve.

Enfin, et plus que jamais, la musique est un concours d’expression, repris médiatiquement par le public pour appuyer généralement des sujets de débats sociaux, autour de droits bafoués, ou de désaccords politiques. Aux États-Unis notamment, mais également ailleurs dans le monde, la question du mariage homosexuel et la défense des droits de la communauté LGBTQ+ ont fait du titre de Macklemore intitulé « Same Love » un véritable hymne, catalysant un message de paix et d’égalité, quel que soit l’orientation sexuelle de chacun.

De même, lorsque le scandale du #MeToo ou encore Balance Ton Porc a éclaté dans le monde, l’un des titres qui restait en tête et parfaitement représentatif de l’état d’esprit de ce mouvement est bien celui de la chanteuse belge Angèle, « Balance ton quoi », datant de 2018.

Finalement, pour une illustration encore plus récente et qui résonne encore en chacun de nous à l’heure où nous rédigeons cet article, on se souvient de la mort de George Floyd dans le Minnesota en mai 2020. Durant les manifestations Black Lives Matter, on a ainsi pu entendre retentir le titre « Alright » de Kendrick Lamar, artiste fermement engagé aux côtés de la communauté noire contre le racisme et les discriminations raciales.

La musique est donc le canal par lequel s’exprime les valeurs d’un groupe, d’un mouvement, d’une communauté, d’un genre, et est donc un vecteur essentiel à la société pour clamer ses droits. C’est un véritable support qui résistera au temps et à la mort, que l’histoire n’oubliera pas, et qui montrera, aux futures générations, quel était l’état de leur société et ses avancées, à une époque donnée.

Enjoy & Stay Tuned.

Mathilde Franzetti & Nina Fonteneau

partager

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest
Share on print
Share on email
Vous aimerez aussi
L’Intelligence Artificielle fait renaître le Club des 27
Le pharaon Marseillais nous livre un poème musical dans ce monde qui a faim
La réussite du rap en tant que genre littéraire