Start It

Jazzy bazz colors article

Jazzy Bazz a le blues

Le rappeur nous invite à venir faire un tour dans ses pensées dans son Colors « P-town blues ».

Jazzy Bazz, véritable monument dans le rap technique aux formules complexes ainsi qu’aux schémas de rimes riches nous fait l’honneur de son retour dans un Colors mêlant mélancolie et ambitions.

Il n’était ni élève ni professeur dans l’école de l’entourage. C’était une pièce maîtresse du groupe avec une identité parisienne toujours très prononcée malgré une identité familiale riche de diversité venant des quatre coins de l’Europe.

2016 a été marquée par un projet d’une force lyricale pour le moins impressionnante : « P-town ».
C’est une référence à Paris, la ville dont il s’imprègne de chaque bruit, de chaque mouvement, de chaque coin de rue pour tenter de transmettre l’énergie qui y court. D’ultra Parisien à Buenos Aires, le rappeur ne peut s’empêcher d’être dans des environnements à la vitalité sans limites. Il capte et illustre ce dont il s’insuffle. Si Paris avait un son ce serait le sien, si Buenos Aires avait une odeur, il en serait le parfum.

Après ses projets « Nuit » ainsi que « Private club » il revient avec un Colors plein d’émotions et comme le veut les règles du rap traditionnel, plein de démonstration.
Il a trouvé le succès grace à son talent et son travail, cependant, comme le dit l’intéressé, il sourit mais le spleen ne le quitte pas. Le spleen faisant référence à l’un de ses morceaux phares que beaucoup inscrivent dans la liste restreinte des classiques. A cette époque, le rappeur était catégorisé comme Cruyff, un fin tacticien. Il fait aussi référence à cette époque dans le titre même de son Colors : « P-town blues » (Prod. Wavyvaye & Rithier).

Le rappeur reviendrait donc à la base de son identité artistique pour son prochain projet ? C’est en tout cas ce qui semble se dessiner. Il a même annoncé sur Instagram un nouveau clip très prochainement en appelant sa communauté ses “ultras”, un terme qui fait encore une fois référence à l’époque dont nous venons de parler.

Après avoir été nostalgique du futur, il l’est du passé. Son spleen, nous allons le redécouvrir.

Enjoy & Stay tuned.

partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email
Vous aimerez aussi
Raska dévoile la “Big Santa Tape”
SEB : Youtubeur à rappeur, une carrière un peu trop facile ?
Zeu, le prince des ténèbres