Start It

Pochette de l'album Smithereens sorti le 4 novembre 2022

Joji, un cœur en miettes

Deux ans après Nectar, Joji revient avec son nouvel album : Smithereens.

Après avoir rencontré l’amour dans Ballads 1 et s’être battu pour ce dernier dans Nectar, dans Smithereens le ton est donné dès le premier morceau. Glimpse of us, qui, dès sa sortie s’est hissé dans le top 10 du Billboard Hot 100, décrit cet amour passé qui le hante. Comparant présent et passé durant tout l’album, Joji alimente l’idée qu’un amour véritable est un amour unique qui ne peut être remplacé et oublié. C’est un amour tumultueux qui tient et déchire l’artiste en l’empêchant d’aller de l’avant. 

Cependant, une double lecture peut être réalisée tout au long de l’album. Lorsqu’il annonce une future rupture, parle-t-il de son amour actuel, ou de son ancien ?

En effet, Joji entretient cette confusion en s’adressant de façon plus ou moins directe à son amour, mais aussi en mélangeant souvenirs, confusions des sentiments actuels et allusions au futur. À ce monologue, personne ne lui répondra. Plus intime dans la seconde partie de l’album – car l’ayant écrite – Joji exprime son envie de ne plus être seul.

“And I’m tired of this madness

Tired to be alone

I don’t wanna be alone”

1AM FREESTYLE

Conscient de sa situation, cet album peut aussi être un moyen pour Joji de tirer un trait sur ses fantômes du passé. De plus, la cover de l’album, un fondu de bleu marine et de vert-jaune, laisse penser que, d’un passé sombre, l’artiste se tourne lentement vers un avenir plus gai ou du moins plus doux. Il laisserait alors derrière lui un morceau de son histoire. 

“I can’t be forever young”

YUKON (INTERLUDE)

Une dernière interprétation peut être tirée de YUKON (INTERLUDE). La métaphore automobile dénoncerait son label, 88rising, qui entraverait sa créativité afin de lisser son image. De là, tout l’album serait un clin d’œil à Filthy Frank, ancien personnage satirique de Joji sur YouTube. Il faut tout de même noter que la plupart de ces interprétations proviennent d’anciens fans du vidéaste; soit un public très exigeant qui avait déjà eu des difficultés à concevoir que Joji devienne un artiste, donc nostalgiques de cette époque. 

Enjoy & Stay Tuned

partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email
Vous aimerez aussi
Focus sur La Fève ou le roi désigné de la relève
Après A7, Sch sort sa deuxième mixtape: Autobahn
Metro Boomin : le prodige du beatmaking