Start It

festival-climax-2017-bordeaux

Climax Festival Day #1

 

Jeudi 8 Septembre, Matthieu et Solène se sont lancés à l’assaut du premier jour du Climax Festival, bien connu des habitants de Bordeaux et ses environs.

 

Pour la 3e année consécutive, le festival éco responsable, produit entre autre par Darwin, a voulu tout d’abord rappeler son engagement moralisateur derrière les festivités rassemblant plus de 25 000 participants en 2016.

 

Cette année, place à la nutrition, et à l’impact de nos choix de consommation sur l’environnement, car comme le rappelle Philippe Barre, co-fondateur de l’événement, “⅓ des gaz à effet de serre sont issus de l’industrie agro alimentaire”.

 

Au programme, food trucks vegans à perte de vue, bières artisanales, toilettes sèches, et surtout conférences à l’espace Darwin afin de faire comprendre l’importance de l’enjeu environnemental.

 

En ce premier jour de festival, le cadre est fixé et la prog’ endiablée : les artistes s’enchaînent mais ne se ressemblent pas. Peter Doherty, Nova le Grand Mix, Moloch/Monolyte, Isaac Delusion, 45 tours mon amour, Part Company, Liam Large,  Charles X, La Femme et bien sur le grand Paul Kalkbrenner, tant attendu par les festivaliers en ce jeudi 7 septembre.

 

 

Part Company

 

Le groupe Part Company a été une belle découverte dans cette première journée de Festival. Jouant sur la jolie scène du théâtre, avec pour arrière plan, les arbres et le ciel changeant, les artistes nous livrent une prestation originale de près d’une heure. Tandis que les festivaliers arrivent au compte-gouttes, les 4 membres du groupe s’attachent à nous montrer tout ce qu’ils savent faire. Les émotions sont fortes sur leurs titres Birthdays et Walking in the night issus de leur 1er album Seasons sorti début mars et on comprend mieux pourquoi Yoël et Damien (les deux membres les plus connus du groupe) sont invités partout, partout, partout…

 

Les yeux fermés on se surprend à penser à la voix mélodieuse d’Alex Turner des Arctic Monkeys, pourtant, le style du groupe se rapproche davantage d’un indie rock un peu particulier ou encore d’une pop acidulée tout droit venue d’une époque passée.

Peter Doherty et ses acolytes

Après une lutte acharnée avec les vigiles, Matthieu a réussi finalement à accéder à l’espace photo pour vous proposer des images exclusives du concert de la star internationale, assurant le spectacle comme à son habitude.

Cependant, personne ne s’attendait à se retrouver face à une telle formation..

 

 

 

C’est ainsi que le public à pu apprécier sur scène:

– un MC anglais passant son temps à faire des rimes sur des phrases motivantes

– un violon pas toujours juste

– un clavier jouant deux notes par morceaux

Et enfin un Peter Doherty un peu alcoolisé, faisant la toupie avec sa guitare et lançant son micro dans le public.

 

Ce mélange particulier a cependant assuré le spectacle avec les tubes principaux du dernier album de Doherty, Hamburg Demonstrations, et l’on ne pouvait pas regretter de s’être mêlé à la foule devant la scène principale !! Après tout, tout le monde connaît le personnage, et on ne peut pas lui reprocher de pratiquer la règle la plus pure du rock, “I don’t give a F*ck”.


Charles X

 

Notre duo de starteux a choisi de quitter Doherty un peu en avance pour profiter d’une place privilégiée au premier rang du concert du jeune américain. Il faut dire que la sympathie que ce dernier avait dégagé au cours de l’interview effectuée un peu plus tôt annonçait un concert de grande classe.

 

Et la classe était bien au rendez vous, devant une scène secondaire en forme d’amphithéâtre, pleine à craquer.

 

Difficile de ranger Charles X dans un style musical, tellement le chanteur semble maîtriser son art. On le comparerait même presque à Michael Jackson, dans ses pas de danse et voix de tête utilisée à la perfection. Mais Charles X c’est aussi du R’nB, du Hip Hop comme sur le titre One Love, ou encore une version acapella de Stand By Me, de Ben E. King  reprise à l’unisson par la foule.

 

En résumé, un artiste à surveiller très sérieusement, qui pourrait devenir l’une des étoiles de demain, et qui est déjà un véritable coup de cœur pour Start It !

 

Pour le découvrir ou le redécouvrir, retrouvez l’interview de Start It avec Charles X dans les jours à venir.

 

La Femme

 

Frais, pétillant, optimiste et décalé, tant de mots pour décrire l’univers de La Femme, tant dans l’accoutrement des membres du groupe que dans leurs paroles ( Vous aussi vous avez des mycoses ? Ouaaaaais ), et de leur électro faisant danser petits et grands sur la scène principale.

Les festivaliers retrouvent les titres désormais incontournables Où va le monde et Sur la planche pour leur plus grand plaisir.

 

Un groupe qui semble sorti de quelques décennies en arrière, et qui rentre sans contestation dans les fiertés musicales que possède la large palette des artistes français.


Isaac Delusion

Pas le temps de souffler que déjà la foule se rue sur la scène secondaire, afin d’accueillir le groupe parisien d’électro pop Isaac Delusion. Forts de leurs multiples influences, les 5 membres ont exécuté une prestation poétique au public attentif et déjà bien arrosé du Climax.

 

Encore une fois , le public a pu se trémousser sur le sonorités propres au groupe mené par un lead singer à la voix incroyablement pure, alternant entre ballades pop et électro-chill, parfait pour profiter de cette « ni trop chaude, ni trop froide » soirée de Septembre ; les amoureux s’enlacent, les bras bougent de gauche à droite, Solène et Matthieu profitent des frites maison d’un énième foodtruck végan.

Paul K

 

LA tête d’affiche de cette soirée et de cette édition du Climax, attendue par la majeure partie des festivaliers.


Pour profiter au maximum du concert du DJ allemand, il fallait encore une fois se décider à quitter Isaac Delusion un peu plus tôt, et se frayer un passage dans la foule jusqu’aux barrières, aux pieds des platines.


Après un petit temps d’attente, parce qu’il faut bien se faire désirer, l’attraction de la soirée rentre sur scène. À partir de ce moment-là, inutile de vous dire que prendre une photo potable devenait mission impossible, la foule se transformant en une masse mouvante désordonnée par la magie de la techno. Et on peut dire que le DJ a tenu sa réputation, proposant cependant un set un peu plus dansant qu’à son habitude, ce qui n’était pas pour déplaire au public, visiblement en transe.

Accompagné d’un show visuel enivrant, Paul K a su faire taper du pied à l’ensemble des festivaliers qui semblaient l’attendre depuis toujours. Paul Kalkbrenner à Bordeaux, c’est plutôt rare, et c’est donc une foule de jeunes (et de moins jeunes) qui s’est mise à danser au rythme des basses désormais si connue du célèbre Dj berlinois. Son titre Sky and sand envoûte chacun de nous, comme une vague de sensations puissantes, nous rappelant amèrement que c’est la fin de l’été mais nous promettant encore un long moment, hors du temps, dans cette foule de mains levées.

 

Et c’est toute retournée, émerveillée, que l’équipe Start It salue les artistes de ce premier jour de festival et l’ensemble de l’organisation. Chapeau bas, car la soirée était riche en émotions.

 

On se retrouve dès demain pour un Live Report #2 avec au programme (entre autres) The Kooks, Franz Ferdinand, et Kungs!

 

Par Matthieu Le Goff et Solène Baron 

partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email
Vous aimerez aussi
Top 5 des compilations de 2022
Jersey Drill : Le nouveau genre favori de l’underground
Le grand retour de Kendrick Lamar