Start It

musicdaftpunk

L’Histoire des Daft Punk

En 1986, au collège Saint-Exupéry dans le 17e arrondissement de Paris se rencontrent Thomas Bangalter et Guy-Manuel de Homem-Christo. Ici commence la légende des Daft Punk.

I.                Débuts (1987-1997)

Tous deux passionnés de musique, les deux amis décident de commencer à produire de la musique chez leurs parents, jusqu’à fonder le groupe Darlin’ (référence à la chanson des Beach Boys) en s’associant à Laurent Brancowitz, futur guitariste des Phoenix.

En 1992, ils sortent leurs deux premiers singles, « Darlin’ » et « Cindy so Loud » avec un label anglais indépendant, mais n’arrivent pas à marquer la scène française et leur 45 tours ne se vend qu’à 1000 exemplaires. En mai 1993, le magazine anglais Melody Maker qualifiera les Darlin’ de « daft punky trash », littéralement « punks idiots », de là, les deux Français décident de former un duo réutilisant le nom de « Daft Punk ».

De plus en plus intéressés par la musique électronique, ils commencent à s’essayer à l’échantillonneur, qui permet de déconstruire des morceaux pour en créer d’autres, ce qui deviendra leur marque de fabrique.

En Avril 1994, les Daft Punk sortent leur premier EP « The New Wave », un projet posant les bases d’un son pas encore pleinement abouti, mais déjà marqué d’une certaine singularité.

Viens en Mai 1995 leur premier succès commercial : sortie au Royaume-Uni des titres Da Funk et Rollin’ & Scratchin’ sur un même vinyle, titres que vous connaissez sûrement. Enfin, leur musique est largement diffusée dans les clubs de toute l’Europe, et leur carrière est lancée.

II.              Homework (1997-1999)

Après deux ans à faire le tour des petites scènes d’Europe et d’Angleterre, tout en faisant des apparitions dans des projets tels que Sourcelab vol.2 du label Virgin, les Daft Punk décident de se pencher sur la production de leur premier album : Homework.

Homework, c’est deux millions d’album vendus dans 35 pays différents en l’espace de deux mois. C’est aussi une collection de tubes house et technos inspirés de la scène de Chicago, utilisant des samples de vieux vinyles oubliés, et capable de toucher toutes sortes de publics. C’est simple, Homework est l’un des premiers albums de House Music rencontrant un succès aussi phénoménal. Les Daft Punk incarnent désormais les icônes de ce qu’on appelle à l’étranger : La French Touch.

Quelques mois plus tard, en avril 1997, sort le clip Arround the World réalisé par Michel Gondry et confirme la posture des Daft Punk sur la scène internationale.

Suite à leur succès grandissant, le duo décide de s’opposer au star-system en portant des masques lors des séances photos et des interviews. C’est souvent fait à l’improviste mais cela permet à leur public de les identifier.

III.           Années Discovery (2000-2004)

Après 3 années d’ascension fulgurante mais maîtrisée, le passage à l’an 2000 marque un tournant dans leur carrière mais surtout dans leur image, puisqu’ils décident de publier pour la première fois une photo d’eux portant des casques de robots humanoïdes réalisés par un studio d’effets spéciaux hollywoodiens.

En 2001, 4 ans après leur premier album sort Discovery, album dont la perception du public est très controversée . Certains l’encensent, d’autres le critiquent. On y retrouve l’identité propre du duo, mais avec un virage pop très assumé, ce qui aura déçu certains des fans de la première heure.

Thomas et Guy-Manuel s’essayent également au chant à l’aide d’une Toolbox sur plusieurs titres tels que Digital Love et Harder, Better, Faster, Stronger.

Le succès commercial est tout de même au rendez-vous, et ils sont nominés aux Grammy Award en 2001. Les critiques s’apaisent et l’album finit par faire l’unanimité lorsque sort au cinéma le film d’animation Interstella 5555: The Story of the Secret Star System réalisé au Japon par Kazuhisa Takenouchi.

IV.         Human after all (2005-2008)

En mars 2005, le duo décide de composer un disque de Rock « garage », et produit en quelques jours seulement Human After All, un album moins sophistiqué que le précédent et qui prône la simplicité. Il semble malgré tout évoquer la déshumanisation de notre société, même si les artistes n’ont pas souhaité se prononcer sur le sens de leur disque : « Notre album parle de lui-même ».

En 2006, les Daft Punk sont élus meilleurs DJs du monde par le Mixmag, et en profitent pour sortir un best-of de leurs trois premiers albums.

Parallèlement, ils entament une tournée mondiale afin de faire danser leur publique du monde entier via des shows démentiels, du jamais vu dans le monde de la musique électro à cette époque, et notamment celui de Coachella aux Etats Unis. Ils décident de mettre en place dans le secret le plus total un show aux envergures complètement démesuré, sûrement pour rattraper l’accueil mitigé de leur dernier album, et érigent une pyramide géante faite de néons au sommet de laquelle ils figurent au moment du festival. C’est un événement majeur dans l’histoire de la musique électronique. Le 29 avril 2006,lors du festival de Coachella, un nouveau type de show audiovisuel est né.

Leur second album live Alive 2007 sort en Novembre, et c’est encore un succès : certifié double disque de platine, nominé dans la catégorie « spectacle musical de l’année » aux Victoires de la musique, puis reçoivent deux Grammy Awards en 2009 : l’un pour Alive 2007 dans la catégorie « meilleur album électronique ou dance » et l’autre pour le single Harder Better Faster Stronger issu du même album dans la catégorie « meilleur single électronique ou dance ». Les Daft Punk n’ont plus rien à prouver.

V.  NOUVEAUX HORIZONS

Le 12 Mars 2009, Disney annonce que les Daft Punk ont été selectionnés pour composer la bande son de Tron : L’Héritage avec l’aide du studio de Hans Zimmer. 

Les deux français s’essayent donc à quelque chose de nouveau : mélanger production électronique à écriture orchestrale, et ça match parfaitement ! A sa sortie, la bande son est très bien reçue même si le film n’est pas un franc succès. Pour l’anecdote, le duo apparaît dans le film dans leur propre rôle, puisqu’ils incarnent des DJ ! 

VI. Random Access Memories (2013-2014)

Le groupe change de label en Janvier 2013 en signant avec Columbia Records puis annonce la sortie de son nouvel album deux mois plus tard via un trailer de 15 secondes avec une date de sortie : 21 Mai 2013. 

Huit ans après leur dernier album, les Daft Punk sont de retour avec l’immense Random Access Memories. Le duo s’entourent de leurs plus grandes inspirations lors de la production de l’album : Nile Rogers, guitariste et leader du groupe Funk, Paul Williams, compositeur Pop et de musique de films, et Giorgio Moroder, un des fondateurs de la musique disco européenne.

Ils collaborent également avec des artistes plus contemporains comme Pharell Williams sur le titre aux centaines de millions d’écoutes “Get Lucky”. 

A sa sortie, Random Access Memories sera diffusé sur toutes les radios de la planète les récompenses internationales pleuveront. Cet album marquera sa décennie et sûrement d’autres, et est considéré par beaucoup comme le plus grand projet des Daft Punk. 

Cette sortie sera leur dernière, malgré quelques collaborations avec des artistes comme The Weekend ou Kanye West avec qui ils enregistrent deux singles successifs, Starboy puis I Feel It Coming

Enfin, le 22 Février 2021, les Daft Punk annoncent leur séparation en publiant sur youtube une vidéo du nom de “Epilogue”. On y voit un extrait de leur film de 2006 dans lequel un des deux robots se suicide, en ajoutant cependant comme bande son le dernier passage du son Touch issu de leur dernier album, dans lequel on peut entendre leur dernière déclaration : “Love is the Answer”.

Noé Loisel

Enjoy and Stay Tuned !

partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email
Vous aimerez aussi
Focus sur La Fève ou le roi désigné de la relève
Après A7, Sch sort sa deuxième mixtape: Autobahn
Metro Boomin : le prodige du beatmaking